Domenico Scarlatti

Domenico Scarlatti

Compositeur, claveciniste et pédagogue italien (Naples, 1685 – Madrid, 1757)

Scarlatti est connu aujourd’hui notamment pour ces sonates (plus de 500) en un mouvement pour clavier seul, chefs d’œuvre de virtuosité et d’expressivité. La richesse d’invention de ses sonates liée à une vivacité et une limpidité d’écriture font de Scarlatti un maître incontesté du genre.

Fils du compositeur Alessandro Scarlatti, Domenico suit très rapidement les pas de son père. A 16 ans, il est déjà compositeur et organiste à la chapelle royale de Naples. Lors d’un séjour à Rome, il rencontre Haendel avec lequel il aurait eu -dit-on- cette fameuse joute au cours de laquelle Haendel l’emporta à l’orgue et Scarlatti au clavecin.
Maitre de chapelle de l’ambassadeur du Portugal de la chapelle Giulia au Vatican où il compose plusieurs œuvres d’église, puis de Jean V du Portugal à Lisbonne qu’il suivra à Séville et à Madrid, il continue de composer de la musique d’église, des sérénades pour les festivités de la cour, des opéras… La popularité de Domenico Scarlatti en Espagne est telle que, bientôt, son nom apparaît sous la forme hispanisante Domingo Escarlatti.

Domenico Scarlatti en 6 dates
1701 : organiste et compositeur de la chapelle royale de Naples
vers 1709 : rencontre avec Haendel
1709-1714 : service auprès de la reine Maria Casimira de Pologne à Rome
1715-1719 : maitre de chapelle de l’ambassadeur du Portugal au Vatican
1719 : maitre de chapelle de Jean V de Portugal à Lisbonne, au service de la famille royale qu’il suivra jusqu’à sa mort
1752-1756 : il est professeur du compositeur espagnol Antonio Soler

Domenico Scarlatti en 6 oeuvres
1703 : Ottavia ristituita al trono, création de son premier opéra à Naples
1711 : Toloméo, opéra
1713 : Iphigénie en Tauride, opéra
vers 1715 : Stabat mater à 10 voix + Miserere en sol
1720 : Contesa delle Stagioni, sérénade composée pour l’anniversaire de la reine du Portugal
1738 : Essercizi per gravicembalo, recueil de 32 sonates pour clavecin en remerciement au roi Jean V de Portugal qui l’a nommé chevalier de l’ordre de Santiago en 1738.