Cyprien Katsaris

Cyprien Katsaris

Pianiste franco-chypriote (1951, Marseille)

Pianiste éclectique et récompensé par de nombreux prix, Cyprien Katsaris se distingue notamment par de fréquentes improvisations en concert, dans la lignée des grands pianistes romantiques.

A seulement quatre ans, Cyprien Katsaris débute ses études musicales au Cameroun, pays où il passe toute son enfance. En 1959, sa famille s’installe à Paris : il intègre six ans plus tard le Conservatoire National supérieur de Musique de Paris et étudie le piano avec Aline Van Barentzen et Monique de la Bruchollerie. Il obtient en 1969 un premier prix de piano qu’il complète, l’année suivante, par un premier prix de musique de chambre. Récompensé dans de nombreux concours, Cyprien Katsaris donne son premier concert le 8 mai 1966 au Théâtre des Champs-Elysées à Paris, où il interprète la Fantaisie hongroise de Liszt avec l'Orchestre Symphonique d'Ile-de-France sous la baguette de René-Pierre Chouteau.

Il poursuit sa carrière de soliste dans le monde entier, accompagné par de prestigieux orchestres tels que le Berlin Philharmonic Orchestra, la Staatskapelle de Dresde, le SWR Symphony Orchestra, le Cleveland Orchestra, l’Orchestre Symphonique de Montréal, le Royal Concertgebouw Orchestra Amsterdam, l’Orchestre de la Suisse Romande…sous la direction des plus grands : Leonard Bernstein, Mstislav Rostropovich, Sir Neville Marriner, Sir Simon Rattle, Myung Whun Chung, Christoph von Dohnányi, Charles Dutoit, Antal Doráti, Ivan Fischer, Nikolaus Harnoncourt, Kent Nagano, James Conlon, Sir Charles Mackerras, Rudolf Barshai, Sandor Végh, Jukka-Pekka Saraste, Leif Segerstam.

Son répertoire pianistique est aussi large que possible Cyprien Katsaris programme œuvres et/ou compositeurs méconnus à chacun de ses concerts. Il a notamment exhumé le Concerto de style hongrois de Franz Liszt, qu’il a par la suite enregistré sous la direction d’Eugène Ormandy. Porté par son désir de graver au disque un répertoire confidentiel, il crée en 2001 son propre label, Piano 21, s’octroyant ainsi une pleine liberté artistique.

En quelques dates

1965 : entre au Conservatoire National de Musique et de Danse de Paris.
1974 : obtient le 1er prix au Concours International Cziffra.
1986 : pour son concert d’adieu, Karl Münchinger l’invite à jouer le Concerto en ré majeur de Haydn avec l’Orchestre de Chambre de Stuttgart.
2000 : obtient l’Ordre de Chevalier des Arts et des Lettres.
2001 : crée son propre label, Piano 21.
2014 : donne le tout premier concert à la Fondation Louis Vuitton (Paris).

Biographie de la Documentation de Radio France, septembre 2015.

En savoir plus