Cristian Măcelaru

Cristian Măcelaru

Chef d’orchestre roumain (1980, Timișoara)

Après un début de carrière très remarqué aux Etats-Unis, Cristian Măcelaru élargit ses horizons de par le monde et devient directeur musical de l’Orchestre National de France.

Petit dernier d'une fratrie de 10 enfants, Cristian Măcelaru, de père chef d'orchestre, grandit au sein d'une famille où la musique prospère au quotidien. Mais en Roumanie où l’enfant évolue, le climat politique s’avère tendu et les tensions ressenties dans tout le pays affluent. Toutefois, à 17 ans, il saisit l’occasion de partir étudier aux Etats-Unis à l'Interlochen Arts Academy, dans le Michigan, pour s’adonner à l’apprentissage du violon. Il obtient par la suite un Bachelor de musique à l'Université de Miami et devient, à dix-neuf ans, le plus jeune premier violon de l'orchestre symphonique de Miami, allant jusqu’à côtoyer la prestigieuse scène du Carnegie Hall. Encouragé par Larry Rachleff, il entreprend ensuite des études de direction d'orchestre à l'université Rice, où l'occasion lui est donné de diriger l'Orchestre des jeunes de Houston. Il prendra la place de violoniste solo de l'orchestre, et ce durant deux saisons. C'est le début d'une vie musicale qui s'annonce riche de par ses rencontres artistiques. Parcours faisant, des opportunités lui sont données, aussi bien en tant que chef d'orchestre, compositeur ou interprète. C'est surtout en 2012, quand il se voit confier la suppléance d'un certain Pierre Boulez avec le Chicago Symphony Orchestra, que sa carrière prend un véritable tournant mettant en lumière ses talents de chef, et par là-même marque les débuts de sa notoriété. Cette même année, il reçoit le prix Solti Emerging Conductor Award décerné aux jeunes chefs d'orchestre, mais le talent du Maestro ne se suffi pas d'un seul et unique trophée, puisqu'en 2014 il se voit remettre le prix Solti Conducting Award.

Toujours plus avide d'apprendre que jamais, il apprend des conseils de grands maîtres tels que David Zinman, Rafael Frühbeck de Burgos, Olivier Knussen, Stefan Asbury lors de Master Classes données à l’occasion des festivals de musique de Tanglewood et d'Aspen, tandis que sa carrière s'accélère encore au rythme de divers engagements aux Etats-Unis. Ainsi notamment, entre 2014 et 2017, se retrouve-t-il régulièrement invité pour diriger l'Orchestre de Philadelphie après l'avoir d'abord intégré comme chef assistant puis chef associé. En 2017, Cristian Măcelaru est nommé directeur musical du Festival de musique contemporaine de Cabrillo, en Californie. C'est également l'année où il se retrouve à la tête de l'orchestre symphonique du WDR de Cologne, orchestre de radio dont il devient officiellement chef principal à temps plein l'année suivante. Des pays d’Amérique du Nord à l’Europe, en passant par l’Asie, Cristian Măcelaru se retrouve aux côtés des plus prestigieux orchestres, dont l’Orchestre Symphonique de Barcelone, l’Orchestre National de Lyon, l’Orchestre de Paris, le Leipzig Gewandhausorchester, la Dresder Philharmonie, mais aussi le Western Australian Symphony Orchestra, le Melbourne Symphony Orchestra, le Royal Concertgebouw Orchestra, la Finnish Radio Symphony, la Monte Carlo Philharmonic, ou encore l’Orchestre Symphonique de Singapour... En abordant des répertoires symphoniques variés, il dit lui-même qu'il cherche avant tout à : "comprendre l'essence de ce qu'un compositeur cherchait à communiquer".

En 2020, il se voit attribuer le premier prix GRAMMY récompensant l'enregistrement du concerto pour violon de Wynton Marsalis avec Nicola Benedetti et le Philadelphia Orchestra, chez Decca Classics. L'été de cette même année, il se retrouve à la baguette de l'Orchestre symphonique mondial des jeunes à l'Interlochen Center for the Arts, où il avait fait ses premières armes. Par ailleurs, dans le cadre de l’année Beethoven, il dirige le New Japan Philharmonic dans un programme consacré au compositeur, avec à ses côtés la violoniste Anne-Sophie Mutter, le violoncelliste Daniel Müller-Schott et le pianiste Lambert Orkis.
Enfin, à l'âge de 40 ans, le chef succède à Emmanuel Krivine à la tête de l'Orchestre National de France, un an avant la date initialement prévue de son contrat dû au départ précipité de son prédécesseur, avec pour double mission de souligner les qualités de l'orchestre dans le répertoire français et de renforcer la rayonnement et la place de l'orchestre tant à Paris qu'en régions ou à travers le monde.

Cristian Măcelaru en 6 dates :

  • 2011 : chef assistant de l’Orchestre de Philadelphie
  • 2012 : chef remplaçant de Pierre Boulez à la tête du Chicago Symphony Orchestra
  • 2012 : lauréat du SoltiEmerging Conductor Award
  • 2017 : Directeur musical du Festival de musique contemporaine de Cabrillo
  • 2014 : lauréat du Solti Conducting Award
  • 2020 : Directeur musical de l’Orchestre National de France

Site officiel

Biographie de la Documentation Musicale de Radio-France, septembre 2020

En savoir plus