Claudio Abbado

Claudio Abbado

Chef d’orchestre italien (Milan, 1933 –Bologne, 2014)

Un des chefs les plus emblématiques de notre époque, Claudio Abbado a su imposer son talent avec générosité et discrétion. "Le terme grand chef n’a pas de sens pour moi. C’est le compositeur qui est grand", a-t-il déclaré dans une interview. A la fois interprète et passeur, Claudio Abbado a marqué de son empreinte les 50 dernières années de la vie musicale.

Né dans une famille de musiciens à Milan, Claudio Abbado étudie le piano, la composition et la direction au Conservatoire Giuseppe Verdi de sa ville natale avant de se perfectionner à Vienne en direction d’orchestre ( Hans Swarowsky ). Dès l’âge de trente-cinq ans, il est nommé directeur musical au Teatro alla Scala, poste qu’il occupera pendant dix-huit ans. Son arrivée à la Scala marque un tournant : Claudo Abbado enrichit et renouvelle le répertoire de la célèbre institution lyrique dans l’intention de la démocratiser et de l’ouvrir à un nouveau public.

Dans les années 1980, Claudio Abbado est directeur musical de l’Orchestre symphonique de Londres et de l’Opéra d’Etat de Vienne, avant de succéder à Herbert von Karajan à la tête de l’Orchestre Philharmonique de Berlin, élu par les musiciens eux-mêmes. Il profite de la renommée des grandes formations qu’il dirige pour promouvoir des initiatives à la destination de jeunes musiciens: il a ainsi encouragé ou soutenu de nombreux talents (Daniel Harding, Gustavo Dudamel, Renaud Capuçon, parmi tant d’autres). Claudio Abbado a dirigé ou côtoyé tous les grands interprètes de notre temps, et avec beaucoup d’entre eux a tissé des liens très étroits : Martha Argerich, Maurizio Pollini, Zubin Mehta.

Grand défenseur de la musique contemporaine (Nono, Stockhausen, Rihm ), Claudio Abbado a été à l’initiative de nombreux festivals dédiés à la création contemporaine (« Wien Modern » à Vienne). Tout au long de sa carrière, il a œuvré pour le perfectionnement et l’intégration des jeunes musiciens d’orchestre, en tant que fondateur de l’Orchestre des jeunes de l’Union européenne, qui deviendra l’Orchestre de chambre d’Europe (1981), ou encore de l’Orchestre de jeunes Gustav Mahler (1986). Il a été à l’origine de l'Orchestre de Chambre Gustav Mahler (1997) qui deviendra le noyau de l’Orchestre du Festival de Lucerne et a mené à l’excellence l’Orchestre Mozart à Bologne. Sa discographie monumentale, majoritairement gravée pour Deutsche Gramophon, label avec lequel Abbado collabore depuis 1967, traverse toutes les phases de sa trajectoire artistique, aussi bien dans le répertoire symphonique que lyrique.

Claudio Abbado a reçu les plus hautes récompenses internationales : la Bundesverdienstkreuz, la plus haute distinction allemande, la Légion d’honneur, la Médaille Mahler, le Lifetime Achievement Award de Gramophone et le prix musical de direction de la Royal Philharmonic Society.

Claudio Abbado en six dates :

1958 le Prix Koussevitzky de l’Orchestre symphonique de Boston
1963 le Prix Mitropoulos de l’Orchestre Philharmonique de New Tork
1968 – 1986 directeur musical, puis intendant au Teatro alla Scala
1979 - 1988 directeur musical de l'Orchestre symphonique de Londres
1986 – 1991 directeur musical de l’Opéra d’Etat de Vienne
1990 – 2002 à la tête de l'Orchestre philharmonique de Berlin (succède à Herbert von Karajan

Claudio Abbado en six disques :

Ravel : Concerto en sol majeur, Prokofjev : 3e concerto pour piano, Gaspard de la Nuit
Martha Argerich
l'Orchestre Philharmonique de Berlin
Deutsche Gramophon

Debussy : Pelléas et Mélisande
Wiener Staatsopernchor
Wiener Philharmoniker
Deutsche Gramophon

Rossini : Il viaggio a Reims
Ricciarelli · Valentini Terrani · Cuberli
Gasdia · Araiza · Gimenez · Nucci
Raimondi · Ramey · Prague
Philharmonic Chorus
The Chamber Orchestra of Europe
Deutsche Gramophon

Intégrale des symphonies de Mahler
l’Orchestre symphonique de Chicago
le Philharmonique de Vienne
le Philharmonique de Berlin
Deutsche Gramophon

Verdi : Macbeth
Verrett · Cappuccilli · Domingo
Ghiaurov · Malagù
Coro e Orchestra del Teatro alla Scala
Deutsche Gramophon

Schumann : Symphonie No. 2
Overtures: »Manfred« , »Genoveva«
Orchestra Mozart
Deutsche Gramophon