Charles Tournemire

Charles Tournemire

Compositeur et organiste français (1870, Bordeaux – 1939, Arcachon)

Charles Tournemire est l’un des plus éminents représentants de l’école française d’orgue. Sa forte personnalité alliée à une foi profonde ont marqué son œuvre qui réunit souvent gigantisme et subtilité.

Natif de Bordeaux, Charles Tournemire y commence ses études musicales. A l’âge de onze ans, il tient déjà une tribune d’orgue. En 1886, il monte à Paris et est admis l’année suivante au Conservatoire Supérieur, en piano, en harmonie, mais surtout en orgue. Il passe ainsi par la classe de César Franck (où il rencontre Louis Vierne et Guillaume Lekeu) puis celle de Charles-Marie Widor. Il obtient son Premier Prix d’orgue en 1891. Dans le domaine de la composition, Tournemire se tourne vers la Schola Cantorum de Vincent d’Indy. En 1898, alors qu’il officie à Saint Nicolas du Chardonnet, il est titularisé à la Basilique Sainte-Clotilde en remplacement de Gabriel Pierné. Son auditoire comptera de nombreuses personnalités notamment Olivier Messiaen qui deviendra en quelque sorte son héritier spirituel sans toutefois devenir son élève. Tournemire occupera ce poste jusqu’à sa mort, faisant même agrandir l’orgue en 1932.

Démobilisé en 1918, il retourne à la vie civile. A partir de 1919 il enseigne la musique d’ensemble au Conservatoire de Paris et ce, jusqu’en 1938. Sa notoriété grandissante l’amène à effectuer des tournées à l’étranger, notamment en Espagne (1930) puis en Angleterre (1936). En 1931, il enregistre, au cours d’un concert, cinq improvisations, sur des disques 78 tours. Elles seront reconstituées et transcrites sur partitions par Maurice Duruflé dans les années 1950.

Charles Tournemire laisse une œuvre principalement centrée sur l’orgue d’abord, mais qui compte aussi des pièces pour piano ou pour formations de chambre. Cependant, avec 8 symphonies à son actif, il est le plus fécond des compositeurs symphonistes français de son temps. Grand amateur et connaisseur de Gustav Mahler, il utilise des effectifs instrumentaux presque aussi imposants, mais avec plus de transparence.

Charles Tournemire en 6 dates :
• 1881 : organiste à l’église Saint Pierre à Bordeaux
• 1891 : 1er Prix d’orgue au Conservatoire de Paris
• 1898 : titulaire de l’orgue de Sainte Clotilde
• 1919 : professeur de musique d’ensemble au Conservatoire de Paris
• 1930 : tournée en Espagne
• 1936 : tournée en Angleterre

Charles Tournemire en 6 œuvres :
• 1908 : Poème mystique op 33, pour piano
• 1910 : Poème op 38, pour orgue et orchestre
• 1918 : Symphonie n° 6, op 48
• 1921 : Symphonie n° 8 « Le Triomphe de la mort », op 51
• 1932 : L’Orgue mystique, op 55, 56 et 57, recueil pour orgue
• 1935 : Symphonie-choral op 69, pour orgue

Biographie de la Documentation de Radio France, novembre 2014

En savoir plus