Carole Cerasi

Carole Cerasi

Claveciniste suédoise (1965-)

Carole Cerasi est l’une des artistes les plus douées de sa génération. Très précoce, elle a su gérer le lancement de sa carrière, en s’imposant des choix déterminants. Le palmarès de sa discographie témoigne de sa réussite.

Carole Cerasi est née en Suède. D’origine turque et séfarade, sa langue principale est le français. Elle a onze ans lorsqu’elle commence le clavecin à Genève, sur les conseils de son professeur de piano. Trois ans plus tard, à son retour en Suède, elle assiste à une master-classe de Kenneth Gilbert. Celui-ci la remarque et l’invite à venir assister à son cours annuel d’été à Anvers. Ces cours ont lieu au musée Vleeshuis, sur de véritables instruments historiques. Carole Cerasi est la plus jeune des élèves. Puis, Kenneth Gilbert lui conseille d’aller à Londres étudier le clavecin auprès de Jill Severs, le professeur qui va accomplir sa formation. Par la suite, elle aura le privilège de recevoir des conseils de Gustav Leonhardt et de Ton Koopman. En 1982, elle s’installe à Londres et sa carrière démarre. Elle acquiert très rapidement une notoriété internationale. Elle se produit dans de nombreuses villes d’Europe, Warwick, Brno, Dieppe, Tallinn, et même dans toute l’Europe, Belgique, Israël, Norvège, Allemagne, Danemark. Elle est invitée par des festivals renommés, Ludwigsburg, Lausanne, Ambronay, la Roque d’Anthéron, le Festival du Périgord, le Festival International d’Istanbul. Son répertoire se concentre sur les clavecinistes français et les virginalistes anglais. Elle s’autorise quelques incursions dans le début du 19ème en jouant le jeune Beethoven au pianoforte. Mais elle a renoncé au répertoire romantique sur grand piano, persuadée qu’elle ne dispose pas des moyens physiques exigées par ces exécutions éprouvantes.

En 1999, elle fonde l’Ensemble Türk, une formation à effectif variable sur instruments d’époque, qui repose sur un trio  qu’elle forme avec le violoniste Pavlo Beznosiuk et le violoncelliste Richard Tunnicliffe. Le nom de cet ensemble a deux origines : un clin d’œil aux origines turques de l’artiste, et un hommage au compositeur Gottlob Türk (1750-1813), auteur d’une véritable bible du clavier : le Klavierschule (1789). Soucieuse de transmettre son savoir et de former une jeune génération, Carole Cerasi enseigne le pianoforte à la Guildhall School of Music and Drama et à la Royal Academy of Music, et le clavecin à la Yehudi Menuhin School. Elle encourage d’ailleurs ses élèves à suivre le même type de cursus que le sien, à savoir multiplier les enseignements auprès de professeurs de cultures musicales variées.

Sa discographie est abondamment récompensée. Son premier enregistrement de 1999, l’intégrale des œuvres pour clavier d’Elisabeth Jacquet de la Guerre, a obtenu un Gramophone Award, les Sonates de CPE Bach (2000) un Diapason d’Or de l’Année, les œuvres pour clavier de Thomas Tomkins (2001) un Gramophone Recording of the Month et un Diapason d’Or de l’Année. Enfin, le disque JS Bach et le Möller Manuscript (2002) a reçu un Gramophone Award et un Diapason d’Or de l’Année.

Carole Cerasi en 6 dates :

  • 1979 : rencontre décisive avec Kenneth Gilbert
  • 1982 : s’installe à Londres
  • 1999 : fonde l’Ensemble Türk
  • 2000 : sortie des Sonates de CPE Bach
  • 2001 : sortie du disque sur Tomkins
  • 2002 : sortie de JS Bach et le Möller Manuscript

Site officiel

Biographie de la Documentation musicale de Radio France, avril 2018

En savoir plus