Camille Saint-Saëns

Camille Saint-Saëns

compositeur, pianiste et organiste français (Paris 1835 – Alger 1921)

Camille Saint-Saëns est un compositeur, pianiste, et organiste français du XIXème siècle. Fondateur de la Société Nationale de Musique en 1871, il se caractérise par un attachement prononcé à la musique française de son époque, avec ses amis César Franck, Edouard Lalo, Gabriel Fauré. L’œuvre de Saint-Saëns est diversifiée et la plupart de ses pièces connaissent un grand succès de son vivant.

Enfant prodige, Saint-Saëns entre à l’âge de 13 ans au Conservatoire, où il a comme professeurs Benoist, Halévy et Gounod. Il débute dans la musique en tant qu’organiste ; en parallèle, il compose de nombreuses pièces (messes, symphonies, Six duos pour harmonium et piano). Saint-Saëns devient professeur de piano et compte Fauré ou encore Messager parmi ses élèves. Bien qu’il ne réussisse pas à obtenir de Prix de Rome, il acquiert vite une renommée significative auprès de grands compositeurs comme Rossini ou Berlioz. En 1871, il crée la Société Nationale de Musique, qui a pour dessein de promouvoir les compositeurs français contemporains – geste incarnant un patriotisme renforcé à la suite de la Guerre de 1870 perdue contre la Prusse. Dans les années qui suivent, Saint-Saëns prend position en faveur du poème symphonique, genre nouveau qui est notamment représenté par Franz Lisztet auquel Saint-Saëns contribue en précurseur. Maître de l’orchestration, Saint-Saëns a également laissé un opus considérable en musique de chambre, mélodies et formes chorales. En 1877 et 1898, ses opéras Samson et Dalila et Déjanire remportent un succès immense qui souligne la notoriété du compositeur à la fin du XIXème siècle. Saint-Saëns obtient plusieurs récompenses pour l’ensemble de son œuvre, participe à des projets de musique de scène, et écrit la première musique de film (pour L’Assassinat du duc de Guise ).

Si Saint-Saëns s’inscrit en opposition avec le wagnérisme et l’évolution vers la musique moderne, il incarne une période charnière de la musique française et stimule son développement.

Saint-Saëns en six dates

1848 : entrée au Conservatoire de Paris.
1867 : avec sa cantate Les noces de Prométhée, Saint-Saëns obtient le Premier prix du concours organisé pour la Fête Internationale du Travail et de l’Industrie ; membres du jury : Rossini, Auber, Berlioz, Verdi et Gounod.
1871 : Saint-Saëns fonde la Société Nationale de Musique, avec Romain Bussine, Alexis de Castillon, Gabriel Fauré, César Franck, Edouard Lalo.
1877 : don de 100 000 francs du mécène Albert Libon, pour que Saint-Saëns puisse se consacrer à la composition.
1881 : élu à l’Académie des Beaux-Arts.
1900 : commandeur de la Légion d’Honneur, Croix du Mérite.

Saint-Saëns en six œuvres

1874 : La Danse Macabre, poème symphonique.
1877 : Samson et Dalila, opéra sur un livret de Ferdinand Lemaire.
1880 : Septuor pour trompette, deux violons, alto, violoncelle, contrebasse et piano en mi bémol majeur op. 65.
1885 : Sonate pour violon et piano n°1 en ré mineur op. 75.
1886 : Symphonie n°3 avec orgue.
1886 : Le Carnaval des animaux.