Bud Powell

Bud Powell

Pianiste et compositeur de jazz américain (1924, New York – 1966, New York)

Bud Powell, « virtuose aux dix doigts de génie », laisse une image d’artiste maudit. A la pointe du mouvement Be-bop, sa carrière aura été en partie affectée par la maladie.

Issu d’une famille de musiciens, Earl Rudolph « Bud » Powell commence le piano à l’âge de 6 ans. Il quitte l’école à 15 ans et commence à jouer dans l’orchestre de son frère trompettiste. Il rencontre ainsi celui qui deviendra son professeur, son mentor, et même son ami, Thelonious Monk. Sa carrière commence vraiment au début des années 1940, lorsqu’il joue au sein de plusieurs formations orchestrales, notamment celle de Cootie Williams. Il côtoie des musiciens tels que Dexter Gordon, J.J. Johnson, Fats Navarro, Kenny Clarke et participe au 1er enregistrement de Round midnight de Thelonious Monk. Sa renommée monte grâce à sa technique pianistique éblouissante qui le place, avec Thelonious Monk, au sommet d’un mouvement naissant, le Be-bop. Le 21 janvier 1945, les deux musiciens sont violemment agressés par des policiers. Il est reconnu que cet incident aura un lien avec les troubles mentaux dont va souffrir Bud Powell. En 1947, il enregistre en trio avec le contrebassiste Curley Russell et le batteur Max Roach, puis avec Charlie Parker et Miles Davis. La même année, il fait un séjour prolongé dans un hôpital psychiatrique. Les traitements aux électrochocs, vont, eux aussi, avoir des conséquences sur sa personnalité. Sujet à l’alcoolisme, il devient vite agressif.

A partir de 1949, Bud Powell enregistre chez le label Blue Note avec Fats Navarro, Sonny Rollins, Tommy Potter. En 1951, il est à nouveau interné suite à un prétendu trafic de drogue. Il est libéré grâce à Oscar Goodstein, le propriétaire du Birdland, célèbre boîte de jazz new-yorkaise, qui devient son tuteur : Bud Powell est déclaré irresponsable et privé de ses droits civiques. De plus, les traitements par neuroleptique commencent à atteindre sa créativité pianistique. En 1956, il se voit réattribuer ses droits civiques, ce qui lui permet de participer à sa première tournée européenne. Mais la fatalité le rattrape : son frère Richie meurt dans un accident de voiture avec Clifford Brown. En 1959, Bud Powell s’installe à Paris avec Altevia « Buttercup » Edwards. Il y forme un trio, The Three Bosses avec Kenny Clarke et Pierre Michelot, continue à enregistrer et se produit même à l’Essen Jazz Festival. En 1962, il quitte « Buttercup » et s’installe chez un ami, Francis Paudras qui écrira par la suite un livre sur lui, La Danse des infidèles. Sa santé se dégrade, il attrape la tuberculose en 1963. Finalement, il retourne à New York l’année suivante. Il est accueilli triomphalement au Birdland. Hospitalisé en 1966 au King’s County Hospital, il y décède le 21 juillet.

Bud Powell en 6 dates :

1940 : rencontre Thelonious Monk

1945 : violemment agressé par des policiers

1947 : enregistre avec Charlie Parker et Miles Davis. Premier internement

1949 : enregistre chez Blue Note

1951 : nouvel internement, mis sous tutelle

1959 : s’installe à Paris

Biographie de la Documentation de Radio France, juillet 2015