Brad Mehldau

Brad Mehldau

Pianiste, compositeur jazz (1970, Jacksonville)

Pianiste virtuose reconnu pour ses talents d’improvisateur, Brad Mehldau, du Wigmore Hall de Londres au Carnegie Hall de New York en passant par les festivals de Marciac, Montréal, et autres coins du monde, mène une carrière remarquée. Interprète des répertoires classique, jazz, ou pop-rock, il explore, s’imprègne, emprunte, compose et recompose pour nous livrer sur l’instant sa vision moderne et créatrice, toujours lyrique, où genres savant et populaire ne font plus qu’un.

Enfant adopté, Bradford Alexander Mehldau de son vrai nom commence le piano à l’âge de 6 ans. A 12 ans, il se prend d’intérêt pour le jazz en découvrant le standard de John Coltrane : My favorite Things. Puis, au lycée, il se fait remarquer en jouant du jazz mais aussi du rock, remportant même un prix à la célèbre Berklee College of Music. Ne souhaitant pas s’arrêter là, il décide en 1988 de s’installer à New York pour étudier le piano avec Fred Hersch et Kenny Werner au département « Jazz et Musique Contemporaine » de la New School of Social Research où il se forme également à la composition. 

Les années 1990 marquent l’essor de sa future carrière. Brad Mehldau, qui ne se cantonne pas à ne jouer qu’en solo, rencontre en 1994 le saxophoniste Joshua Redman et participe à son album Moodswing puis effectue en formation quartet une tournée internationale pendant un an et demi, entouré du bassiste Christian McBride et du batteur Brian Blade. En 1995, il crée son fameux trio avec Larry Grenadier à la contrebasse et Jorge Rossy à la batterie, et signe avec la maison de disque Warner. En découleront les enregistrements d’une dizaine d’albums tous adulés par la critique, ainsi que diverses collaborations, comme avec Charlie Haden, Lee Konitz, ou Pat Metheny.
Inspiré par des pianistes de jazz comme Bill Evans, Keith Jarrett, Oscar Peterson, Herbie Hancock, mais aussi par les compositeurs romantiques allemands comme Schubert, Schumann, ou Beethoven, le jeu de Brad Mehldau est contrapuntique, mélodique, polytonal, groovy, et presque toujours empreint d’un romantisme assumée. Cet artiste aime surprendre et émerveiller par son lyrisme. Sa personnalité musicale s’exprime aussi lorsqu’il s’attache à recréer des œuvres du « grand répertoire », citons par exemple l’emprunt à Bach pour son album After Bach, ou à Brahms dans 10 Years solo live.

Brad Mehldau investit également d'autres contrées. Sans ne jamais vouloir se limiter artistiquement, il choisit de mettre au goût du jour des succès de chanteurs médiatiques parmi lesquels on peut citer Radiohead, Nick Drake, The Beatles, Paul Simon, Nirvana, Jeff Buckley, Oasis, Massive Attack, Sufjan Stevens, Léo Ferré, Pink Floyd, et reprend aussi la musique brésilienne (Chico Buarque). Il écrit aussi pour les chanteuses lyriques Renée Fleming ou Anne Sofie von Otter. On retrouve par ailleurs la musique de Brad Mehldau au cinéma, pour des films comme : Eyes Wide Shut, Ma femme est une actrice, The Million Dollar Hotel, Minuit dans le jardin du bien et du mal, Space Cowboys

Brad Mehldau a été sélectionné pour assurer une série annuelle de concerts de jazz au prestigieux Wigmore Hall de Londres au cours des saisons 2009-10 et 2010-11. Brad Mehldau poursuit en résidence au Carnegie Hall pour la saison 2010-2011 en tant que compositeur titulaire et premier artiste de jazz à occuper ce poste depuis sa création en 1995 après Louis Andriessen (2009-2010), Elliott Carter (2008-2009) et John Adams (2003-2007).
Enfin, il a reçu de nombreuses récompenses, parmi lesquelles, pour n’en citer que quelques-unes : la nomination « Artiste international de l’année » par JazzFM (1992) ; la nomination « Premier artiste de l’année » aux New York Jazz Awards (1997) ; un Grammy Award dans la catégorie « Meilleur solo de jazz instrumental » pour le titre Blame It On My Youth issu de l’album ‘The Art of The Trio Volume one’ (1997) ; la nomination « Meilleur album jazz de l’année 1998 » par le magazine Jazzman (aujourd’hui repris sous le nom de Jazz Magazine) pour l’album Songs ; un « Choc » du Monde de la Musique pour Elegiac Cycle (1999).

Brad Mehldau en 8 dates :

  • 1995 : Premier album pour Warner, intitulé Introducing Brad Melhdau.
  • 1997 : Le standard Blame It On My Youth dans l’album The Art of The Trio Volume one est nominé pour le Grammy Award du meilleur solo de jazz improvisé.
  • 1998 : Songs est élu meilleur album jazz de l’album par Jazzman magazine.
  • 1998 : Meilleur musicien étranger de l'année - D'Jango d'Or 98 (France).
  • 1999 : Prix ​​"Choc" Le Monde de la Musique pour l’album Elegiac Cycle.
  • 2006 : Prix Miles Davis au Festival international de jazz de Montréal.
  • 2015 : Premier musicien de jazz à recevoir la « Wigmore Medal », qui récompense les musiciens associés au Wigmore Hall.
  • 2016 : Nearness est nominé pour le Grammy Award du meilleur album de jazz instrumental.

Site officiel

Biographie de la Documentation de Radio France, Octobre 2018.

En savoir plus