Bernd Alois Zimmermann

Bernd Alois Zimmermann

Compositeur allemand (1918, Bliesheim – 1970, Königsdorf)

Zimmermann se définit lui-même comme un « mélange typiquement rhénan de moine et de Dionysos ». La maladie et la guerre ont marqué au fer rouge le parcours de ce musicien pédagogue et fin lettré.

Né dans une famille catholique modeste, Bernd Alois Zimmermann reçoit l’enseignement rigoureux de l’ordre religieux des Salvatoriens et étudie les langues anciennes et la théorie musicale. Il a accès au vieil orgue baroque de l’abbaye, et il est attiré par la peinture, la poésie, la littérature. Mobilisé pour six mois en 1937, il se détourne ensuite de sa carrière ecclésiastique pour étudier l’enseignement musical au sein des universités de Bonn et de Cologne. Contraint d’interrompre ses études en 1939, il porte l’uniforme de la Wehrmacht en Pologne et à Paris, où il découvre des partitions de Darius Milhaud et d’Igor Stravinsky. Il se fait réformer pour maladie chronique en 1942 et achève ses études musicales en 1947 auprès de Hans Haas pour le piano et de Philipp Jarnach pour la composition.
Il subsiste en œuvrant comme chef de chœur ou comme ouvrier. Ses premières œuvres, néo-classiques, sont exécutées dès 1944, et son style va évoluer progressivement vers le sérialisme puis vers un langage plus contemporain. Une expérience de responsable des musiques destinées au cinéma et à la radio de Cologne le familiarise avec le montage sonore. Les années 1949 et 1950 sont consacrées à des séminaires à Darmstadt où Wolfgang Fortner et René Leibowitz le convertissent au sérialisme en vogue il l’applique alors dans son Concerto pour violon de 1950.
Il enseigne la théorie musicale à l’Université de Cologne de 1950 à 1952, est invité à la Villa Massimo de Rome en 1957 et reprend le poste de professeur de composition de Frank Martin à la Musikhochschule de Cologne la même année. Il commence à cette époque son œuvre la plus célèbre, l’opéra Die Soldaten, dont les exigences techniques seront la source de multiples révisions avant la création de 1965, date de son élection à l’Académie des arts. La création en 1969 du Requiem pour un jeune poète, œuvre sur la sphéricité du temps, survient lorsque la santé physique et mentale de son auteur est sensiblement dégradée. Obsédé par la mort, malmené par la maladie, il met fin à ses jours l’année suivante.

Bernd Alois Zimmermann en 6 dates :
1937 : étudie l’éducation musicale à Bonn et à Cologne
1942 : reprise de ses études après sa mobilisation
1949 : s’intéresse au sérialisme
1956 : nommé président de la section allemande de la Société internationale de musique nouvelle
1957 : premier compositeur invité à la Villa Massimo à Rome
1965 : est élu membre de l’Académie des arts

Bernd Alois Zimmermann en 6 œuvres :
1952 : Concerto pour hautbois et petit orchestre, œuvre sérielle
1954 : Nobody Knows the Trouble I See, concerto pour trompette
1958 – 1960 : Die Soldaten, opéra révisé en 1963-1964
1965-1966 : Concerto pour violoncelle, en forme de pas de trois
1966 : Musique pour les soupers du roi Ubu
1967-1969 : Requiem für einen jungen Dichter

Pour en savoir plus : http://sites.radiofrance.fr/chaines/formations/presences/concert.php?ID=364&SUBID=401

Biographie de la Documentation Musicale de Radio France, février 2014