Benny Goodman

Benny Goodman

Clarinettiste, chef d’orchestre et compositeur de jazz américain (1909 à Chicago – 1986 à New York)

Benny Goodman a donné au swing ses lettres de noblesse. Grand promoteur du big band, il y abolit la ségrégation raciale, mélangeant musiciens noirs et blancs. Sa musique privilégie la finesse des arrangements orchestraux à l’exubérance de l’improvisation.

Benjamin David "Benny" Goodman est le fils d’un couple de juifs russes immigrés. A dix ans, il commence l’étude de la clarinette au cours de la Kehelah Jacob Synagogue. Son professeur est Franz Schoepp, membre de l’Orchestre Symphonique de Chicago. Décidé à suivre la ligne tracée par Sydney Bechet _* et *_Johnny Dodds, il devient professionnel à quatorze ans. Cela va lui permettre, dès l’année suivante, d’aider sa famille à la mort de son père. En 1925, il intègre l’orchestre de Ben Pollack et part en Californie. En 1929, il s’installe à New York, où il démarre une carrière de soliste et de chef d’orchestre. Il se produit avec plusieurs formations et commence à enregistrer. En 1934, il crée son big band, et signe un contrat d’un an avec la National Broadcasting Corporation pour jouer en direct lors de l’émission Let’s Dance. Il voit ainsi passer dans son ensemble des musiciens comme Benny Carter, Harry James, Bud Freeman, Charlie Christian, Gene Krupa, Teddy Wilson, Lionel Hampton. Il choisit Fletcher Henderson pour les arrangements musicaux, et John Hammond (dont il épousera la sœur, Alice, en 1942) pour la gestion de carrière. Benny Goodman est un des premiers blancs à embaucher des musiciens noirs en période de ségrégation raciale. A la fin de son contrat avec la NBC, en 1935, il part en tournée à la tête de son big band. Mais le succès n’arrive qu’à Los Angeles au Palomar Ballroom où il joue pendant deux mois. Cet évènement marque le début de l’ère du swing. La tournée décolle, il renouvelle son succès au Palais des Congrès de Chicago.

Le 16 janvier 1938, Benny Goodman donne un concert mythique : il est le premier jazzman à se produire au Carnegie Hall de New York. Il donne de l’ampleur à l’évènement en réunissant des musiciens tels que Harry James, Ziggy Elman, Teddy Wilson, Jess Stacy, Lionel Hampton, Gene Krupa, et surtout Duke Ellington et Count Basie. Pour le monde du jazz, il devient, selon l’expression de Gene Krupa, le « King of Swing ». En 1947, il dissout son big band et, à partir de là, joue en petites formations et en solo. Il s’attaque aussi au répertoire classique en concert et en studio. Il aborde les années 1960 par des tournées à l’étranger en tant qu’ambassadeur du jazz pour l'US State Cultural Departement Exchange Program : l’Amérique du sud en 1961, l’URSS en 1962 (il est le premier américain à se produire en Union Soviétique !), le Japon en 1964. Le 17 janvier 1978, il fête le 40ème anniversaire de son concert mythique au Carnegie Hall. Benny Goodman meurt le 13 juin 1986.

Benny Goodman en 6 dates :
1923 : devient musicien professionnel
1934 : crée son big band
* 1938* : donne un concert mythique au Carnegie Hall de New York
1947 : dissout son big band
1962 : premier artiste américain à se produire en URSS
1978 : fête les 40 ans du concert du Carnegie Hall

Benny Goodman en 6 disques :
1935 : Sing, sing, sing
1938 : Carnegie Hall Jazz Concert
1939 : Featuring Charlie Christian
1950 : Sextet
1956 : Concerto pour clarinette de Mozart
1959 : In Stockholm 1959

Site officiel : http://www.bennygoodman.com/index.php

Biographie de la Documentation de Radio France