Anton Bruckner

Anton Bruckner

Compositeur et organiste autrichien (Ansfelden, 1824 – Vienne, 1896)

Anton Bruckner, compositeur post romantique, se situe au cours du 19ème siècle dans la lignée de Beethoven et Schubert et comme précurseur de la forme et du langage qui allaient marquer la fin du 19ème siècle pour aboutir à l’éclatement du monde tonal.

D’une famille de musiciens et d’instituteurs, Anton Bruckner  se destinait à devenir enseignant. Il laisse tomber son premier métier d’instituteur pauvre dans des villages montagnards autrichiens le jour où un concours lui permet d’obtenir le poste d’organiste de la cathédrale de Linz. Au cours de sa vie d’adulte, il ne cesse de perfectionner son écriture, avec Simon Sechter à Vienne, et sa technique orchestrale avec Otto Kitzler, chef du théâtre de Linz. Il ne se consacre à la composition que vers la quarantaine.
 Admirateur de Wagner, il le rencontre à Munich lors de la création de Tristan. Durant sa carrière, il est davantage reconnu comme organiste improvisateur que comme compositeur. L’organiste est acclamé dans les villes européennes, Paris (Notre-Dame), Nancy, Londres (Royal Albert Hall et Crystal Palace). A Vienne, les plus grandes personnalités musicales (Mahler, Richter, Nikisch, Mottl) le soutiennent et défendent ses œuvres. Mahler admire ses messes et ses symphonies qu’il dirige pour le public viennois. Incompris et doutant de lui, Bruckner souffrira de manque de reconnaissance et des coups portés par les musiciens et critiques dont Hanslick. A cause de cela, il remaniera sans cesse ses symphonies et acceptera les remaniements de chefs d’orchestre et d’éditeurs.

La structure de ses œuvres l’apparente au dernier Beethoven (Missa Solemnis  et 9ème symphonie ) et au Schubert de la Symphonie en ut. Bruckner suit la tradition de la polyphonie allemande.  L’influence de Wagner  se note dans l’instrumentation (l’usage de wagner-tuben par exemple). L’organiste utilise les effets de registration pour son orchestration.

Ses œuvres chorales et symphoniques sont marquées par la grandeur et une profondeur spirituelle. Ses symphonies constituent un monument de la musique. Sa 1ère symphonie  pose la première pierre du renouveau moderne de la symphonie. Ses principaux héritiers sont Hugo Wolf, Gustav Mahler et Franz Schmidt.

Bruckner en 6 dates  :

1856  : Nommé organiste de la cathédrale de Linz1865  : Rencontre Wagner suite à la première représentation de Tristan1868  : Installé à Vienne, il succède à son maître Sechter comme professeur d’harmonie, contrepoint et orgue au conservatoire et il est nommé organiste de la cour1875  : Nommé maître de conférences à l’Université de Vienne1891  : 1er musicien à recevoir le titre de ‘Docteur honoris causa’ de l’Université de Vienne1896  : il meurt d’hydropisie en laissant inachevé le final de sa 9ème symphonieBruckner en 6 œuvres  :

1864  : Messe n° 1en ré mineur  créée à Linz le 20 novembre sous la baguette de Bruckner

1865  : 1ère symphonie  créée à Linz le 9 mai 1868 sous la direction du compositeur

1879  : Quintette à cordes en Fa avec 2 altos

1881  : Te Deum, révisé en 1883-84, créé avec orchestre sous la direction de Hans Richter, à Vienne, le 10 janvier 1886

1884  : Symphonie n° 7  créée à Leipzig le 30 décembre sous la direction d’Arthur Nikisch

1892  : Psaume 150  créé à Vienne le 13 novembre

En savoir plus