André Jolivet

André Jolivet

Compositeur français (1905 à Paris – 1974 à Paris)

Compositeur marginal, André Jolivet a su se préserver des grands courants musicaux de son époque, néoclassique, postromantique, sériel. Il laisse une œuvre foisonnante et variée, au langage en perpétuel évolution.

André Jolivet commence le piano à quatre ans avec sa mère. Mais sa première grande passion sera le théâtre. Il commence à fréquenter la Comédie-Française à l’âge de 12 ans. Cependant pour vivre et étudier, il doit apprendre à exercer un métier. C’est ainsi qu’il entre à l’Ecole Normale d’Instituteurs d’Auteuil et devient, en 1927, enseignant à la Ville de Paris. La même année, grâce au peintre Georges Valmier, il fait la connaissance de Paul Le Flem. Cette rencontre décisive va l’orienter vers la musique. Il commence à travailler l’écriture musicale avec Le Flem, qui lui fait découvrir les polyphonistes du XVIème, mais aussi Bartok, Berg et Schoenberg. En 1929, il fait sa seconde rencontre décisive, avec Edgar Varèse, lors de la création d’Amériques, avec lequel il va étudier l’orchestration.

Pour André Jolivet, les années 1930 seront fécondes. En 1931, la visite de l’Exposition Coloniale le marque d’une influence décelable dans les Cinq incantations pour flûte seule (composées en 1936). Deux ans plus tard, il élargit son cercle de connaissances avec Pierre-Octave Ferroud, Olivier Messiaen, Georges Migot, Jean Rivier, Florent Schmitt et Albert Roussel. En 1935, il fonde La Spirale, une société dédiée à la défense de la musique de chambre contemporaine. Très ouvert aux innovations, il est l’un des premiers compositeurs à écrire pour un nouvel instrument de musique : les ondes Martenot. Ses Trois Poèmes sont alors créés à la Radio Nationale par Maurice Martenot. Dans la foulée, il rencontre Honegger et Milhaud. L’année suivante, il fonde, avec Yves Baudrier, Daniel-Lesur et Olivier Messiaen, le groupe "Jeune France" dont le manifeste fait la promotion d’une « musique vivante dans un même élan de sincérité, de générosité, de conscience artistique » (premier concert le 3 juin 1936 à la salle Gaveau). Mobilisé en 1940, l’expérience de la guerre lui inspire les Trois complaintes du soldat.

A la fin du conflit, en 1945, André Jolivet est nommé Directeur de la Musique à la Comédie-Française. Contre toute attente, plutôt que de composer des musiques originales pour les pièces de Molière, il réorchestre les œuvres de Lully. Au cours des années 1950 et 1960, il fait de nombreux voyages dans le monde entier, invité à diriger des concerts de ses œuvres mais aussi de ses contemporains, et à donner des conférences. En 1959, il est nommé conseiller technique auprès d’André Malraux à la Direction Générale des Arts et des Lettres. Il s’implique aussi dans la création du Centre Français d’Humanisme Musical à Aix en Provence : jusqu’en 1963, il y dispense des cours de composition et y anime des conférences. De 1962 à 1968, il est président de l’Association des Concerts Lamoureux. En 1966, il reprend la classe de composition de Darius Milhaud et Jean Rivier au CNSM de Paris.

André Jolivet en 6 dates :
• 1927 : rencontre Paul Le Flem
• 1929 : rencontre Edgar Varèse
• 1936 : fonde le groupe Jeune France
• 1945 : nommé Directeur de la Musique à la Comédie-Française
• 1959 : conseiller technique auprès d’André Malraux à la Direction Générale des Arts et des Lettres
• 1966 : professeur de composition au CNSM de Paris

André Jolivet en 6 œuvres :
• 1935 : Mana, suite pour piano
• 1941 : La Tentation dernière (Jeanne d’Arc), cantate créée à la RTF
• 1945 : 1ère Sonate, pour piano, à la mémoire de Bela Bartok
• 1950 : Equatoriales, concerto pour piano, commande de la RTF
• 1952 : Concerto pour harpe, créé par Lily Laskine au Festival de Donaueschingen
• 1964 : 3ème Symphonie, pour orchestre.

Site officiel : http://www.jolivet.asso.fr/

Biographie de la Documentation de Radio France