Alexandre Borodine

Alexandre Borodine

Compositeur russe (Saint-Pétersbourg, 1833 – 1887)

Malgré une vie consacrée à la médecine et à la chimie, Borodine consacra une partie de son temps libre à la composition. Son œuvre la plus célèbre reste son opéra Le Prince Igor, qui, resté inachevé, sera terminé par Rimski-Korsakov et Glazounov en 1890.

Fils du prince géorgien Louka Guédianov, Alexandre reçoit très jeune une excellente éducation. Il apprend en autodidacte la flûte, le piano et le violoncelle. Il suit également des études de médecine et de chimie. Il fait alors connaissance de Moussorgski qu’il doit soigner à l’hôpital militaire. Il rejoint le Groupe des cinq (qui comprend Nicolaï Rimski-Korsakov, Mili Balakirev, Modeste Moussorgski et César Cui) qui tente de s’affranchir de la musique « officielle » allemande pour promouvoir la musique russe. Après l’écriture de ses deux symphonies, il se lance dans la composition d’opéras tout en poursuivant sa carrière scientifique. Il rencontre peu après Liszt qui donnera sa première Symphonie. Pour le remercier, Borodine lui dédie son poème symphonique Dans les steppes d’Asie centrale. Il entame peu après la rédaction de son opéra Le Prince Igor qui sera achevé après sa mort par Alexandre Glazounov et Nikolaï Rimski-Korsakov. Il se mariera avec Ekaterina Protopopov, pianiste talentueuse qui lui fera découvrir Schumann, Chopin, Liszt et Wagner.
Borodine a peu composé. Deux quatuors à cordes (1879 et 1881), quelques mélodies et deux symphonies (1867 et 1869) restent les seules œuvres qu’il a achevées. Son œuvre clé reste son opéra Le Prince Igor dont sont tirées les fameuses Danses polovtsiennes.

Borodine en 6 dates :
1858 : docteur en médecine
1862 : il rejoint le Groupe des cinq
1861 : rencontre avec Ekaterina Protopopov qui deviendra plus tard sa femme
1869 : début de la composition du Prince Igor
1880 : Liszt interprète sa Symphonie en mi bémol
1890 : Rimski-Korsakov et Glazounov achèvent le Prince IgorBorodine en 6 œuvres :
1862-1867 : la Symphonie n°1 en mi bémol Majeur, s’inspirant de la Symphonique héroïque de Beethoven tout en gardant la couleur russe.
1869-1876 : la Symphonie n°2 en si mineur
1880 : Dans les steppes d’Asie centrale, poème symphonique
1881 : Quatuor à cordes n°2 en ré majeur
1886 : la Symphonie n°3 en la mineur (inachevée)
1890 : création du Prince Igor, opéra dont sont extraites les Danses polovtsiennes