Albéric Magnard

Albéric Magnard

compositeur français (Paris 1865 – Baron-sur-Oise 1914)

Souvent surnommé « le Bruckner français », Albéric Magnard découvre tardivement sa vocation de compositeur après avoir vu une représentation de Tristan et Isolde à Bayreuth. Il s’inscrit dans le renouveau français à l’orée du XXe siècle, aux cotés de Franck, Saint-Saëns, d’Indy et Dukas.

Entré au Conservatoire de Paris à l'âge de vingt ans, Albéric Magnard se forme à la composition auprès de Théodore Dubois, Massenet et surtout Vincent d'Indy. En 1890 il écrit sa première symphonie ; deux ans plus tard il donne son drame lyrique Yolande, qui ne rencontre pas le succès.

A partir de 1896, il se retire du monde de plus en plus, partiellement atteint de la surdité. Il continue à enseigner le contrepoint à la Schola Cantorum à Paris, et parmi ses élèves, on compte Déodat de Séverac. En 1899 il organise un festival à Paris qui attire l’attention sur sa musique. Au tout début du siècle, il quitte la capitale et s’installe dans l’Oise où il écrit ses dernières œuvres.

Il est tué au début de la guerre de 1914 en tentant de repousser les Allemands de son domaine dans l’Oise.
La vie d’Albéric Magnard fut marquée par un certain nombre d'engagements : il dédia sa quatrième symphonie à une organisation féministe et démissionna de l'armée en tant que dreyfusard après avoir écrit son Hymne à la justice en soutien au capitaine Dreyfus.

Parmi ses influences, il a revendiqué une affiliation àBeethoven et à Rameau. Son opéra Guercoeur, détruit pendant la guerre, fut reconstitué et créé à l’Opéra de Paris dans une version signée Ropartz en 1931.

Albéric Magnard en quatre dates :

1886 entre au Conservatoire de Paris
1896 le début de la surdité
1899 organise un festival de sa musique à Paris
1904 création de son Quatuor qui fait sensation

Albéric Magnard en six œuvres :

Chant funèbre op. 9 pour orchestre (1895)
Sonate pour violon et piano (1901)
Troisième symphonie (1902)
Quatuor à cordes (1903)
Trio avec piano (1905)
Quatrième symphonie (1913)

En savoir plus