VIDEO - Jakub Józef Orliński, quand la génération Y s'empare de l'opéra

Jakub Józef Orliński, le contre-ténor star découvert il y a deux ans grâce à une vidéo de France Musique, nous explique en quoi il est le miroir d'une nouvelle génération qui veut rendre la musique classique plus accessible, en utilisant les médias numériques.

VIDEO - Jakub Józef Orliński, quand la génération Y s'empare de l'opéra
Jakub Józef Orliński, le contre-ténor qui veut rendre l'opéra accessible à tous, © Radio France / Mattéo Iachkine et Lucie Bombled

Jakub Józef Orliński s'est emparé des postures et des pratiques propres à sa génération pour faciliter l'accès à l'opéra. Si sa popularité s'est accrue via une vidéo sur youtube (il revient dessus dans cet article), il a ensuite fait de nombreuses représentations jusqu'à la sortie de son premier album "Anima Sacra" en novembre 2018. 

Les réseaux sociaux et le sens du partage

Il enrichit constamment son compte Instagram, en mettant en scène les dessous d'une production : les répétitions, les rencontres, les performances mais aussi les voyages et les découvertes. Cela permet au public de comprendre le travail qu'implique un opéra et de suivre un processus de création dans son ensemble avec la perspective de découvrir le résultat final sur scène. A l'instar de la génération Y, que l'on appelle aussi  les "Millennials", il utilise les nouvelles technologies et réseaux sociaux pour communiquer et rencontrer des fans et des professionnels à chacun de ses déplacements.

Le break-dance et la liberté

Jakub Józef Orliński n'hésite pas à passer de l'opéra au break-dance et pour cause, les deux lui apportent une sensation de liberté et le sentiment de pouvoir tout faire. Ainsi, il s'inscrit tout à fait dans le profil de la génération Y pour qui l'expression de soi est primordiale. 

Le charisme et un nouveau public 

Il dégage une énergie positive et un charisme détonnant qui transparaissent sur les réseaux sociaux. De plus en plus de jeunes se rendent à ses concerts :

C'est l'un de mes objectifs de faire venir des nouveaux publics aux concerts de musique classique

Aussi il s'identifie aisément à des rôles pleins de gaité, comme Orimeno dans "Erismena" de Cavalli, toujours "ivre de bonheur" ou Unolfo dans "Rodelinda de Haendel, "vêtu d'espoir et de couleurs vives".