"Tous à l'opéra" : un week-end de portes ouvertes pour découvrir l'opéra et ses coulisses

La 11ème édition de l'opération "Tous à l'Opéra" se déroule ce week-end du 6 et 7 mai, partout en France. Une vingtaine d'opéras ouvrent leurs portes gratuitement au public pour une visite des lieux mais aussi pour faire découvrir les métiers de l'opéra.

"Tous à l'opéra" : un week-end de portes ouvertes pour découvrir l'opéra et ses coulisses
Vue intérieure de l'Opéra Garnier à Paris, © Getty / Tuan Tran

Opéras d'Avignon, de Tours, de Paris ou encore le Centre lyrique de Clermont-Ferrand... Au total, 21 établissements participent les 6 et 7 mai, à l'opération "Tous à l'opéra". Ils ouvriront gratuitement leurs portes au public durant ces deux jours. À l'origine de cette mobilisation, lancée il y a onze ans, la Réunion des Opéras de France (ROF). « L'objectif est très simple : rendre l'accès facile, aisé... ouvrir les portes tout simplement pour que le public qui ne vient pas habituellement puisse pénétrer dans ces maisons, sans filtres, sans passer par l'achat de billets », explique Laurence Lamberger-Cohen, directrice de l'association.

« Combattre les idées reçues et enlever les barrières »

En 2017, l'opéra a toujours du mal à se défaire de son étiquette de "loisir de luxe", qui serait réservé à une certaine élite. « Effectivement à Paris, le coût des places est relativement élevé, ce qui est moins le cas en province. C'est aussi un genre qui est extrêmement codifié avec des œuvres qui ne sont pas toujours en français. Le public a peur de ne pas comprendre. Et puis cela a été, au XIXe siècle, un genre très social où on venait pour se montrer », reconnaît la directrice de la ROF. « C'est la raison de cette manifestation : combattre ces idées reçues et enlever les barrières », ajoute-t-elle. Avec ces portes ouvertes, certains adultes et certains jeunes mettront les pieds pour la première fois dans un opéra.

Visites guidées, cours de chants lyriques et concerts gratuits

Pour attirer les visiteurs initiés ou pas, les directeurs des établissements proposent des visites guidées dans ces édifices qui ont souvent une longue histoire, à l'image de l'Opéra Garnier à Paris, mais surtout des visites thématiques autour des métiers de l'opéra, pour découvrir l'envers du décor avec les techniciens, les maquilleurs, les créateurs de costume. À Rouen et à Tours, le visiteur pourra s'essayer au chant lyrique, en travaillant des vocalises, entouré de vrais professionnels, sans oublier les ateliers maquillages pour les plus petits. À Reims, un bus parcourra les rues de la ville, transformé en mini-opéra sur roues avec deux musiciennes, un chanteur à bord et 29 places pour accueillir les spectateurs. Ces derniers pourront assister à des extraits de représentation d'Isis de Lully ou des Métamorphoses d'Ovide. « L'idée est aussi de décentraliser l'opéra qui se situe en plein centre-ville chez nous, et inciter les gens à pousser ses portes à l'avenir », explique Serge Gaymard, directeur de l'Opéra de Reims.

Mais la meilleure façon de découvrir l'opéra, c'est d'en voir un. Plusieurs représentations et concerts seront ouverts gratuitement au public : Anna Bolena de GaetanoDonizetti, à Avignon, La voix humaine, un livret signé Jean Cocteau, mis en musique par Francis Poulenc, à l'Opéra-Théâtre de Metz. Le public pourra aussi assister à la générale des Pêcheurs de perles de Bizet, à Bordeaux. L'Opéra Bastille, lui, propose Wozzeck d'Alban Berg, gratuitement, à plus de 400 personnes. Quant à l'Opéra Comique de Paris, il ouvre les festivités ce vendredi soir, avec un concert de la contralto québécoise Marie-Nicole Lemieux, marraine de l'opération cette année, accompagnée sur scène par la comédienne française, Julie Depardieu.

Le choix de cette artiste québecoise était une évidence pour Laurence Lamberger-Cohen : « Marie-Nicole porte un tel bonheur à faire de la musique et à la partager qu'on a eu, nous aussi, envie de partager son bonheur d'être en vie, de communiquer son amour de la musique. On ne pouvait pas trouver une marraine plus généreuse, plus pétillante et plus merveilleuse », reconnaît, enthousiaste, la directrice de la ROF. L' année dernière, "Tous à l'opéra" avait attiré 80 000 visiteurs en France. Les organisateurs en espèrent autant pour cette nouvelle édition, qui se déroule aussi hors de nos frontières ce week-end, dans 25 autres pays d'Europe.

Laurence Lamberger-Cohen, directrice de la Réunion des Opéras de France, nous dévoile le programme de cette 11ème édition de l'opération"Tous à l'Opéra" :

À ÉCOUTER

"Il y aura des répétitions, des concerts et des ateliers vocaux pour apprendre à chanter... " (Laurence Lamberger-Cohen, directrice de la Réunion des Opéras de France)