Sortie de crise pour l'Opéra de Rome

Après avoir frôlé la catastrophe en raison de grèves et de graves problèmes financiers, l'Opéra de Rome annonce avoir engrangé des bénéfices records lors de la saison 2014/2015.

Sortie de crise pour l'Opéra de Rome
Vue de la salle de l'Opéra de Rome. (© MaxPPP)

L'opéra de Rome, qui avait frôlé la catastrophe en raison de grèves et de graves problèmes financiers, a engrangé des bénéfices record la saison dernière (2014-15) et mise pour la prochaine sur la "proximité" avec l'actualité et le public.

Vendredi soir, pour l'ouverture de la saison, l'opéra joue The Bassarids, une oeuvre rare de Hans Werner Henze, datant de 1965 et tirée des Bacchantes d'Euripide. "Il s'agit d'un opéra sur l'intolérance, d'une actualité surprenante ", a déclaré le directeur artistique de l'Opéra, Alessio Vlad lors d'une conférence de presse.

Pour la saison 2015-2016, avec une programmation plutôt classique (Tosca, Coppelia, Casse-Noisettes, etc.), la billetterie a déjà enregistré une hausse de 70% des ventes par rapport à l'an dernier.

"Les relations entre le théâtre et la ville ont changé, nous sommes plus proches des gens ", avait déclaré le surintendant de l'Opéra, Carlos Fuortes, lors de la présentation de la saison, en précisant que les bénéfices de 2014-2015 avaient atteint 10 millions d'euros, avec près de 235.000 spectateurs, "un résultat historique ".

Le vénérable opéra de la capitale sort de la tempête, révélée en septembre 2014 quand le célèbre maestroRiccardo Muti avait démissionné avec pertes et fracas: baisse de sa fréquentation (110.000 en 2008, 58.000 en 2013), déficit de 10 millions d'euros sur la saison 2013-2014, 40 millions d'euros de dette, grèves et occupations des locaux...

Après avoir annoncé le licenciement des 182 artistes du choeur et de l'orchestre, la direction avait finalement conclu un accord pour économiser 3 millions d'euros par an, grâce à une forte réduction des primes et une augmentation des heures de travail.

Avec AFP

Sur le même thème