Renvoi de Serge Dorny: la ministre de la Culture de Saxe s'explique

Afin de dissiper tout malentendu dans le renvoi de Serge Dorny de l'Opéra de Dresde, la ministre de la Culture de Saxe et Christian Thielemann ont donné une conférence de presse en apportant des précisions.

Renvoi de Serge Dorny: la ministre de la Culture de Saxe s'explique
Sabine von Schorlemer, ministre de la culture du Land de Saxe et Christian Thielemann lors de la conférence de presse au sujet de l'éviction de Serge Dorny. (© MaxPPP)

L'affaire continue de faire grand bruit en Allemagne. Quelques jours après le renvoi de Serge Dorny du poste d'intendant à l'Opéra de Dresde, l'heure est aux précisions et aux explications. Serge Dorny s'était d'abord exprimé dans la matinale de France Musique en invoquant des blocages de la part de l'institution allemande et de la part de Christian Thielemann, chef de la Staastkapelle de Dresde. Ce dernier a ensuite répondu à Dorny dans une interview reprochant à l'ex-directeur de l'Opéra de Lyon de s'être montré "inexpérimenté " et de "n'avoir aucune connaissance de l'histoire du Semperoper."

Afin de clarifier la situation, Sabine von Schorlemer, ministre de la Culture du land de Saxe et Thielemann ont tenu une conférence de presse hier soir à Dresde. La ministre a expliqué que les désaccords avec Dorny ont débuté lorsque celui-ci lui a envoyé un mail listant tous les changements qu'il souhaitait opérer. Le logo de l'opéra, le marketing, la programmation de la Staaskapelle, etc. Selon la ministre, Dorny menaçait de démissionner s'il n'obtenait pas ce qu'il demandait. "Puisqu'aucun accord n'a pu être trouvé avec lui, Dorny a été avisé. Il ne fonctionnait qu'à l'ultimatum. Il s'est comporté comme s'il était le Roi soleil ", a-t-elle ajouté.

Pour Christian Thielemann, les pemirères relations de travail avec le belge ont été "cordiales ". "Mais lorsque Dorny s'est opposé à la programmation d'un nouveau Ring de Wagner pour les saisons 2015/2017, cela m'a laissé sans voix " a précisé le chef de la Staatskapelle. Thielemann a également ajouté son analyse en estimant que l'Opéra de Lyon était un "autre monde où il était le président avec les pleins pouvoirs. Il n'était tout simplement pas intéressé par le fait de travailler ensemble. Un jour après avoir partagé un verre de vin en privé, il s'est empressé d'aller voir la ministre pour lui demander de me relever des mes fonctions. Je ne suis pas sûr que cela soit le meilleur moyen de se comporter ", a-t-il conclu.

Sur le même thème