Le chanteur Placido Domingo accusé de harcèlement sexuel

Plusieurs femmes accusent Plácido Domingo, superstar de l’opéra, de harcèlement sexuel. Le chanteur aurait usé de son pouvoir et de sa célébrité pour obtenir des relations. C'est ce qui ressort d'une enquête de l'agence Associated Press, étayée de témoignages très précis.

Le chanteur Placido Domingo accusé de harcèlement sexuel
Le chanteur et chef d'orchestre espagnol Placido Domingo est accusé d'harcèlement sexuel par neuf femmes, © AFP / BRITTA PEDERSEN

Plácido Domingo, l’un des chanteurs les plus connus et les plus puissants du monde l’opéra, aurait sexuellement harcelé plusieurs femmes et menacé leurs carrières pour obtenir des relations sexuelles. C’est ce que nous apprend une enquête de l’agence américaine Associated Press, publiée lundi 12 août. 

A 78 ans, Plácido Domingo est certainement l'un des chanteurs d’opéra les plus connus au monde. Il continue de se produire sur les scènes les plus prestigieuses, a récemment célébré sa 4 000e représentation et dirige également l’Opéra de Los Angeles. Figure respectée, Domingo est souvent décrit comme un homme charmant et plein d’énergie. 

Mais les huit femmes qui l’accusent ont tenu à faire connaître une autre facette du chanteur espagnol, qui serait un « secret de polichinelle » selon l’enquête d’Associated Press. Huit chanteuses et une danseuse se sont confiées à l’agence américaine et affirment avoir été victimes de harcèlement sexuel de la part de Placido Domingo.

« Un déjeuner de travail n’est pas une chose étrange, a déclaré l’une des chanteuses. Mais quelqu’un qui tente de vous tenir la main lors d’un déjeuner de travail, ça c’est étrange. Ou qui pose sa main sur votre genou. Il vous touchait toujours d’une manière ou d’une autre, vous embrassait. » 

En plus des neuf accusatrices, Associated Press a rassemblé les témoignages de six autres femmes déclarant avoir subi des avances suggestives de la part du chanteur. Enfin, l'agence de presse explique s’être entretenue avec près d’une quarantaine de personnes évoluant dans le monde de l’opéra, chanteurs, danseurs, musiciens d’orchestre, techniciens, professeurs de chant et membres de l’administration. Tous ont déclaré avoir été témoin de comportements inappropriés de la part de Plácido Domingo et principalement avec des femmes beaucoup plus jeunes que lui. 

Plusieurs des accusatrices ont déclaré avoir été souvent prévenues de ne jamais se retrouver seules avec Plácido Domingo, même dans un ascenseur. S’il elles le rejoignaient au restaurant, il leur était conseillé d’éviter l’alcool, de rester dans des lieux publics et de n’accepter que les déjeuners, jamais les dîners.

Domingo réfute 

Interrogé par l’agence de presse, Plácido Domingo n’a pas répondu précisément aux questions qui lui étaient adressées. Dans un communiqué, il déclare ainsi : « Les allégations de ces personnes anonymes remontant à une trentaine d’années sont profondément troublantes, et telles que présentées, inexactes. Il est douloureux d’entendre dire que j’ai peut-être fâché ou fait sentir mal à l’aise quelqu’un – et peu importe si c’était il y a longtemps et malgré mes meilleurs intentions. 

Je crois que toutes les interactions et les relations que j’ai eues avec les gens étaient toujours souhaitées et consensuelles. Les gens qui me connaissent ou qui ont travaillé avec moi savent que je ne suis pas une personne qui, intentionnellement, blesserait, offenserait ou embarrasserait quelqu’un. Cependant, je reconnais que les normes selon lesquelles nous sommes – et devrions être – jugés aujourd’hui sont très différentes de ce qu’elles étaient par le passé. J’ai la chance d’avoir eu une carrière de plus de 50 ans à l’opéra et je me tiendrai aux normes les plus élevées ». 

Sept des neuf accusatrices ont confié avoir eu le sentiment que leurs carrières ont été affectées après avoir refusé les avances de Plácido Domingo. Certaines affirment que les rôles qu’il leur avait été promis ne leur ont finalement jamais été confiés, d’autres déclarent qu’alors qu’elles travaillaient avec d’autres compagnies d’opéra, elles n’ont jamais été engagées pour travailler de nouveau avec lui. 

« Je me sentais comme une proie »

Toutes ces femmes ont en commun d’avoir été jeunes et plutôt en début de carrière au moments des faits. Dans un témoignage, une chanteuse qui avait alors 27 ans explique que Domingo, qui venait d’être nommé directeur artistique de l’Opéra de Los Angeles, n’a cessé de l’appeler chez elle, alors qu’elle était mariée. Il lui proposait de lui parler de sa carrière, de ses futurs rôles, puis il l’invitait à boire un verre, à aller au cinéma ou à venir chez lui où il pourrait « lui cuisiner son petit-déjeuner ». 

A cette époque, Domingo est au firmament de sa gloire, il vient d’enregistrer le fameux disque des trois ténors avec Pavarotti et Carreras. Elle, n’était qu’au tout début de sa carrière et se sentait paniquée et piégée. « Comment dit-on non à Dieu ? » a-t-elle déclaré. Après avoir repoussé ses avances à plusieurs reprises, elle affirme à avoir fini par céder, de peur que sa carrière ne s’arrête prématurément. Domingo l’a emmenée dans une chambre d’hôtel où ils ont eu une relation sexuelle. Le chanteur aurait ensuite continué de la harceler pendant les semaines suivantes, ne cessant de l’appeler au téléphone. 

« Je me sentais comme une proie. J’étais littéralement chassée par lui » a-t-elle déclaré à Associated Press. La chanteuse a alors pris la décision de lui demander d’arrêter de l’appeler au téléphone, et lui a rappelé qu’elle était mariée. « Je n’étais pas préparée à percevoir à quel point ma confiance en moi serait perturbée. Je me sentais honteuse et je me demandais sans cesse qui pouvait être au courant, et s’ils pensaient que c’était la raison pour laquelle j’obtenais tel rôle. J’ai commencé à douter de mon talent et des compétences ». 

« Est-ce que je viens de mettre en l’air ma carrière ? »

Sur les neufs femmes qui l’accusent, une seule a accepté de révéler son nom. Il s’agit de Patricia Wulf, une mezzo-soprano qui a chanté avec Domingo à l’Opéra de Washington, où il a été directeur de 1996 à 2011. Les autres femmes ont souhaité conserver leur anonymat, arguant qu’elles travaillent toujours dans le milieu de l’opéra et craignent des représailles, ou alors s’inquiètent d’être publiquement humiliées, voire harcelées. 

Patricia Wulf explique que cela s’est déroulé en 1998. Âgée de 40 ans, sa carrière décollait puisqu’elle avait deux rôles importants programmés cette année-là, dont une production aux côtés de Domingo. L’opportunité de chanter avec une telle star de l’opéra représentait un sommet dans sa carrière. Mais l'artiste a vite déchanté. 

« À chaque fois que je sortais de scène, il était là, à m’attendre. Il s’approchait de moi, le plus près possible et baissait sa voix pour me dire : « Patricia, dois-tu rentrer chez toi ce soir ? » ». Dans un premier temps, Patricia Wulf explique avoir nerveusement ri aux questions de Domingo, puis un soir elle lui a clairement dit que : « Oui ! Je dois rentrer à la maison ce soir ! ». 

La chanteuse se souvient avoir aussitôt pensé : « Est-ce que je viens de mettre en l’air ma carrière ? ». Malgré cela, Domingo aurait continué de l’attendre à la sortie de scène, venait constamment toquer à la porte de sa loge. Patricia Wulf déclare que si Domingo ne l’a pas physiquement touchée, il l’a atteinte psychologiquement. « Cela a affecté ma façon d’être avec les hommes pour la suite de ma carrière à l’opéra et pour toute ma vie » a-t-elle ajouté.

Patricia Wulf explique s’être décidée à sortir du silence parce que le « secret trop connu » de Domingo avait duré trop longtemps. « Je vais de l’avant parce que j’espère que cela pourrait aider d’autres femmes à se faire connaître ou être assez fortes pour dire non » conclut-elle.