Opéra-Orchestre de Montpellier: un plan de départs volontaires envisagé

Toujours en difficulté financière, la direction de l'Opéra de Montpellier envisage de "diminuer la masse salariale" afin de relancer l'offre artistique de l'établissement. Un plan de redressement comportant un recours au temps partiel, des départs à la retraite et des départs volontaires, est à l'étude.

L'opéra-Orchestre de Montpellier semble avoir du mal à se sortir la tête de l'eau. Deux mois après avoir évité la cessation de paiement à cause d'une subvention de la région Languedoc-Roussillon qui n'avait pas été versée à temps, la maison lyrique veut "diminuer " sa masse salariale afin de redonner de l'air à budget artistique mis à mal ces dernières années. Interviewé par Midi Libre, le président Didier Deschamps insiste sur la nécessité de redonner de la marge à la programmation.

"On ne peut pas continuer à entretenir une maison de 240 salariés pour une programmation aussi maigre. Si on continue, la saison se réduira à un récital de piano solo pour le concert du Nouvel An " a déclaré le président. Lors d'un conseil d'administration, la directrice Valérie Chevalier s'est vue confier l'engagement de négociations avec les syndicats.

Un grand plan de redressement est à l'étude afin d'éviter un plan de sauvegarde à l'emploi. Parmi les pistes de réflexion, la direction envisage de recourir au temps partiel dans l'emploi des musiciens mais en assurant une perte de salaire "très limitée " selon Mme Chevalier. Autres pistes, plusieurs départs à la retraite dont "24 salariés peuvent faire valoir leurs droit en décembre 2015 " ainsi que des départs volontaires accompagnés.

Le maire et président de l'agglomération de Montpellier, Philippe Saurel, souhaite que 20 à 30 personnes acceptent un départ, tous secteurs confondus. Le Midi Libre rappelle qu'une dizaine de postes ont déjà été gelés à l'orchestre et au choeur. M. Saurel argumente en s'appuyant de rapports et d'audits qui vont tous dans cette direction afin "d'éviter à l'Opéra d'aller dans le mur ". Une chose est déjà sûre, l'agglomération n'augmentera pas ses subventions.

La location du Corum, deuxième lieu de résidence de l'Opéra avec le théâtre de la Comédie, pourrait être renégociée pour faire là aussi des économies.

Sur le même thème