Opéra de Saint-Etienne : la justice ordonne la réintégration du directeur général

Alors que la mairie de Saint-Etienne avait licencié Vincent Bergeot, directeur général de l'Opéra Théâtre de Saint-Etienne en novembre dernier, la justice vient d'ordonner sa réintégration.

Opéra de Saint-Etienne : la justice ordonne la réintégration du directeur général
L'Opéra de Saint-Etienne connaît une crise interne sans précédent avec la suspension de son directeur et de son directeur musical. (Victor Tribot Laspière/France Musique)

Le juge des référés du tribunal administratif de Lyon a ordonné la réintégration du directeur général de l'Opéra Théâtre de Saint-Etienne, Vincent Bergeot, licencié pour faute. Dans son jugement rendu mercredi soir, le tribunal suspend l'exécution du licenciement disciplinaire de Vincent Bergeot jusqu'à ce qu'il soit statué, au fond, sur le recours en annulation de cette décision.

Le juge administratif enjoint le maire de Saint-Etienne, Gaël Perdriau (UMP), de le réintégrer dans ses fonctions de directeur général et artistique de l'institution culturelle stéphanoise, "dans le délai de cinq jours à compter de la notification de l'ordonnance, sous astreinte de 100 euros par jour de retard ".

La même juridiction a déjà ordonné en décembre la réintégration du secrétaire général de cet Opéra Théâtre, David Camus, puis en janvier de sa directrice de production, Sophie Platret, également mis à l'écart de leur emploi pour motifs disciplinaires. Vincent Bergeot a souligné jeudi dans un communiqué, qu'"à ce jour toutes les actions en justice entreprises par les cadres dirigeants évincés de ce théâtre ont été gagnées (par eux) ", ajoutant que "des élus stéphanois auront bientôt à répondre d'une plainte en diffamation, dans la même affaire ".

La question peut alors se poser également pour Laurent Campellone, directeur musical de l'Opéra de Saint-Etienne lui aussi licencié par la municipalité. Il avait d'ailleurs annoncé en janvier dernier son intention de contester son éviction tant sur le "fond que sur la forme ".

Le groupe d'opposition municipale présidé par le sénateur de la Loire et ex-maire PS de Saint-Etienne, Maurice Vincent, déclare pour sa part qu' "une fois de plus la ville de Saint-Etienne est désavouée par la justice dans le pathétique dossier de l'Opéra Théâtre (...) le seul de France doté de cadres rémunérés sans affectation opérationnelle et de... deux directeurs ! ".

"En réalité, c'est encore une fois la méthode de Monsieur Perdriau qui est réprouvée. Une méthode brutale, autoritaire, inefficace et de surcroît coûteuse, que nous avons dénoncée dès le début ", poursuit l'opposition de gauche. Fin janvier, Eric Blanc de la Naulte avait annoncé avoir été recruté pour trois ans à la tête de l'Opéra Théâtre de Saint-Etienne, dont il assurait l'intérim depuis juin dernier, après la suspension suivie du licenciement de Vincent Bergeot.

Le nouveau directeur général avait déjà travaillé comme directeur adjoint, puis responsable par intérim, de cette institution, entre 2002 et 2009, avant d'en être licencié pour faute, par la précédente municipalité socialiste.

Sur le même thème