Opéra de Saint-Etienne : la justice annule le licenciement du chef d'orchestre Laurent Campellone

Le jugement rendu par le tribunal administratif de Lyon le mardi 3 mai 2016 signe la fin de deux ans de calvaire pour le chef d’orchestre et directeur musical de l’Opéra de Saint-Etienne : son licenciement est annulé.

Opéra de Saint-Etienne : la justice annule le licenciement du chef d'orchestre Laurent Campellone
Concert de l'orchestre symphonique de Saint-Etienne sous la direction de Laurent Campellone : " La querelle des anciens et des modernes " © PHOTOPQR/LE PROGRES

En décembre 2014, la justice prononce le licenciement disciplinaire de Laurent Campellone, chef d’orchestre et directeur musical de l’Opéra de Saint-Etienne, seulement huit mois après l’installation de la nouvelle municipalité.

Dans cette même période, plusieurs cadres de la culture sont suspendus, à partir de mai 2014, comme le directeur général de l’Opéra, Vincent Bergeot, ainsi que sa directrice de production, Sophie Platret. Concernant le chef Campellone, « le fait d’avoir répondu à des invitations pour diriger des orchestres à Berlin, Sofia, au Bolchoï » représenterait l’un des deux motifs invoqués afin de licencier le stéphanois pour « faute grave ».

Le chef de renommée internationale prend alors la décision de faire appel, afin de contester la légitimité de l’arrêté pris le 1er décembre 2014 par le maire de Saint-Etienne, Gaël Perdriau (LR).

Après une lourde procédure judiciaire, le tribunal estime que des « déclarations imprudentes d'élus stéphanois dans la presse, ont nécessairement porté une atteinte sérieuse à l'image et à la réputation professionnelle de M. Campellone ». Y compris de la part du maire de Saint-Etienne qui s'est livré à une « attaque à caractère vexatoire » sur les réseaux sociaux en publiant, peu avant la suspension de Laurent Campellone et de huit cadres de l'Opéra, un message, illustré de la couverture de l'ouvrage L'Opéra pour les nuls.

Laurent Campellone demandait une indemnité totale de 450 000 euros. La juridiction administrative lui accorde 80 000 euros, auxquels s'ajoutent 3 000 euros de frais de justice. Aujourd'hui, Laurent Campellone n'a pas repris de fonction de chef d'orchestre ou de directeur musical permanent.

Cependant, Laurent Campellone déclare dans l'édition du mercredi 11 mai du quotidien régional Le Progrès, ne pas nourrir de griefs à l’encontre de Gaël Perdriau : « Pour moi, Gaël Perdirau a été, au mieux, mal conseillé, au pire, abusé. »

Au terme d’une septième condamnation de la ville par le tribunal administratif de Lyon, la justice réclame pour Laurent Campellone un reclassement au poste de chef principal invité. Un deuxième (presque) retour à la normale après l'annulation du licenciement de Vincent Bergeot, directeur général et artistique de l'Opéra de Saint-Etienne, le 30 mars 2016.

Sur le même thème