Mazeppa, introduction à l’opéra

Mazeppa, c’est la tragédie russe dans son plus bel éclat : amour, politique, trahison et mort.

Mazeppa, introduction à l’opéra
Anonyme, Portrait du Hetman Ivan Mazepa (1639-1709), deuxième moitié du XVIIIe siècle, State Art Museum, Dnipropetrovsk, © Getty / Fine Art Images/Heritage Images/Getty Images

Il est l’anti-héros romantique dans son plus bel appareil. Véritable personnage historique d’origine ukrainienne, Mazeppa naît le 30 mars 1639 et meurt le 2 octobre 1709. Amant de Maria, la femme de son ami Kotchoubeï, ce dernier le condamne à être enduit de goudron et attaché dos à l’encolure d’un cheval que l’on effraie au préalable. Par miracle, après des jours d’errance, Mazeppa arrive sain et sauf dans un village très  reculé, dont il devient le chef au bout de quelques années, notamment grâce à l’incompétence de son prédécesseur. Il s’allie alors avec Pierre le Grand, tsar de Russie, dont il acquiert la confiance avant d'essayer de le trahir... 

VERNET Horace (1789-1863), Mazeppa et les loups, 1826, huile sur toile, 100 x 130 cm, musée Calvet, Avignon, Inv. 827.1
VERNET Horace (1789-1863), Mazeppa et les loups, 1826, huile sur toile, 100 x 130 cm, musée Calvet, Avignon, Inv. 827.1, © Getty / DeAgostini/Getty Images

Comme de nombreuses œuvres, cette histoire devenue légendaire est rapidement adaptée dans la littérature, peinture, musique ou encore cinéma. De Lord Byron à Victor Hugo en passant par Géricault ou Liszt, Mazeppa est une source d’inspiration pour les artistes. Publié en 1828, le roman de Pouchkine, Poltava, est l'œuvre dont Victor Bourenine, librettiste, tire son livret pour l'opéra de Tchaïkovsky. Dans cette adaptation, le thème de la trahison – amicale, amoureuse et  politique – est central, mais l’opéra dans sa plus pure tradition met l’histoire d’amour unissant Mazeppa et Maria au premier plan. 

Achevée en 1883, l’œuvre est créée le 15 février 1884 au Théâtre Bolchoï à Moscou et s’exporte quatre ans plus tard en Angleterre avant de rejoindre les Etats-Unis, puis l’Europe au milieu du XXe siècle. En France, il a fallu attendre 1978 pour qu’il soit donné une première fois en version concert à la Maison de la Radio. Sa version scénique française est bien plus récente, et a été créée le 24 janvier 2006 à l’Opéra de Lyon.