Londres : un festival d'opéra au cœur d'une polémique après l'incendie de la tour Grenfell

Dans un article publié cette semaine, le quotidien The Times reproche à la mairie du quartier où se trouve la Tour Grenfell d’avoir financé le festival Opera Holland Park, plutôt que d’avoir investi dans la rénovation de ses logements sociaux. L’organisation du festival a répondu à ces critiques.

Londres : un festival d'opéra au cœur d'une polémique après l'incendie de la tour Grenfell
Au moins 79 personnes ont péri dans l'incendie de la tour Grenfell, le 14 juin 2017 à Londres , © Maxppp / Ik Aldama

Le festival Opera Holland Park a-t-il été financé sur le dos des habitants de la Tour Grenfell, ravagée par un incendie le 14 juin dernier ? C’est ce que laisse entendre le quotidien britannique The Times, dans un article publié cette semaine. Le journal a analysé les comptes de la mairie du quartier de Kensington et Chelsea. Résultat : ces deux dernières années, elle a investi dans ses logements sociaux (dont la Tour Grenfell) des sommes bien inférieures aux loyers qu’elle a perçus pour ces mêmes logements. Ainsi, en 2016, la différence s’élève à 15 millions de livres (plus de 17 millions d’euros). S’il n’a pas été réinvesti dans les logements sociaux, à quoi a servi cet argent ? C’est là que le festival Opera Holland Park intervient.

D’après le Times, cette somme a permis d’amortir des dépenses liées, entre autres, au festival, qui a lieu chaque été sous un chapiteau dressé dans le très huppé Holland Park. Le quotidien indique ainsi qu’en 2015-2016, la mairie a "perdu" 1,5 million de livres (plus d’1,7 million d’euros) dans l’organisation de cet événement. Manifestement trop pour le Times, qui rappelle qu’au festival Opera Holland Park, « on vend des paniers repas à 265 livres » (plus de 300 euros), et que ses représentations ont lieu dans un quartier où vivent « certaines des personnes les plus riches d’Angleterre, comme David Beckham ».

L'organisation du festival sort de son silence

Une très forte somme dépensée pour un festival d’opéra pour nantis, alors que les habitants de la tour Grenfell réclamaient des travaux. Il y avait de quoi créer le scandale, et susciter les réactions les plus passionnées. Norman Lebrecht, auteur du blog Slipped Disc a ainsi pris la défense de l’événement. « Je n’y ai jamais vu M. Beckham, pas plus que je n’ai partagé un panier repas à 265 livres ». Pour lui, tout ça n’est rien d’autre que la « démagogie désagréable » digne d’un « tabloïd ».

Dans un communiqué, le festival Opera Holland Park a répondu à cette polémique. Sans revenir sur les pertes évoquées par le Times, il rappelle qu’« il ne dépend plus de la mairie depuis octobre 2015 » Bien avant l’incendie de la Grenfell Tower. Cette année-là, la collectivité lui a accordé un dernier chèque de 5 millions de livres (près de 5,7 millions d’euros), pour qu’il se constitue en organisation indépendante. Depuis « Opera Holland Park n’a reçu aucun financement de la mairie du quartier de Kensington et Chelsea ».

Le festival ne s’arrête pas à cette mise au point. Il estime également que « les subventions à la culture n’excluent pas les subventions sociales », et veut croire que « la musique classique et le théâtre profitent à tous ». La manifestation a débuté le 1er juin. Depuis l’incendie de la tour Grenfell, qui a causé la mort d’au moins 79 personnes, une collecte a lieu à chaque représentation. L’organisation est d’autant plus concernée qu’un de ses membres, dont l’identité n’est pas connue, est porté disparu après le drame.