Le passé nazi de l'Opéra de Munich en question

L'Opéra de Munich effectue des recherches sur son passé pendant la période nazie et les années d'après-guerre. Le directeur veut savoir qui a continué à y travailler après 1945 malgré des liens avec les nazis.

Le passé nazi de l'Opéra de Munich en question
Opéra Munich Nazisme

L'Opéra de Munich enquête sur son passé à l'époque du IIIe Reich et dans les années qui ont suivi la fin de la guerre. « Le projet, qui a commencé au printemps, doit durer deux ans », a précisé le directeur du Bayerische Staatsoper, l'Autrichien Nikolaus Bachler. Selon lui, il s'agit non seulement de savoir ce qui s'est passé sous le régime nazi, mais aussi, au-delà, de savoir « qui a continué à travailler sans problème à l'Opéra après 1945 en dépit de ses liens avec les nazis ».

L'Opéra de Munich emboîte ainsi le pas au prestigieux Orchestre philharmonique de Vienne, qui avait ouvert une enquête sur les heures sombres de son passé. Au terme de ce travail, il avait dû admettre au printemps dernier avoir été dirigé de 1954 à 1968 par un ancien nazi, membre de la SS, la troupe d'élite du dictateur Adolf Hitler, et collaborateur de la Gestapo, la police politique sous le IIIe Reich.

« En novembre seront présentés les premiers résultats de l'équipe de recherche. Ce que je peux déjà dire, c'est qu'il n'y a pas eu de travail forcé, ni d'actions d'épuration de façon généralisée au Bayerische Staatsoper, même si je ne peux exclure des cas isolés », a déclaré M. Bachler. Il n'était pas en mesure dans l'immédiat de dire combien de musiciens de l'opéra munichois avaient été membres du parti nazi NSDAP.

Au sein de l'Orchestre philharmonique de Vienne, la proportion de membres du NSDAP - 60 musiciens sur un total de 123 - était très supérieure à la moyenne au sein de la population (environ 10%). Cette proportion était de 20% au sein de l'Orchestre philharmonique de Berlin.

Parmi les documents que les historiens de l'Université de Munich vont éplucher avec attention, les dossiers personnels de trois anciens membres de la direction de l'Opéra : le chef d'orchestre autrichien Clemens Krauss (qui fut interdit d'estrade deux ans après la guerre pour sa collaboration avec les nazis), son ami, le compositeur allemand Richard Strauss, ainsi que le metteur en scène allemand Rudolf Hartmann.

AFP