Le baryton russe Dmitri Hvorostovsky est mort à l’âge de 55 ans

Souffrant d’une tumeur au cerveau depuis plus de deux ans, le baryton Dmitri Hvorostovsky est mort ce mercredi 22 novembre à l’âge de 55 ans.

Le baryton russe Dmitri Hvorostovsky est mort à l’âge de 55 ans
Le baryton russe Dmitri Hvorostovsky est mort à l'âge de 55 ans, © Getty / Anton Novoderezhkin

Plusieurs fausses rumeurs annonçant sa mort ces dernières semaines laissaient craindre le pire. Cette fois, la nouvelle est malheureusement vérifiée. Agé de 55 ans, le légendaire baryton russe Dmitri Hvorostovsky est décédé, a annoncé sa famille sur la page Facebook de l’artiste. Il a perdu le combat qu’il menait depuis deux ans et demi contre une tumeur au cerveau et s’est éteint ce mercredi 22 novembre au matin à Londres, entouré de sa famille.

Avec sa fameuse chevelure cendrée, Dmitri Hvorostovsky s’était hissé au sommet des scènes lyriques internationales en se distinguant dans des rôles comme Eugène Onéguine de Tchaïkovski ou plus récemment dans des opéras de Verdi comme Un Bal Masqué, La Traviata ou Simon Boccanegra. Né en Sibérie en 1962, le baryton a débuté sa carrière dans un groupe de heavy metal avant de faire ses débuts à l’Opéra de Krasnoïarsk, sa ville natale.

Il enchaîne les compétitions de chant et remporte le Premier prix au concours Glinka en 1987 puis au concours de Toulouse l’année suivante. La consécration internationale intervient en 1989 où il remporte la prestigieuse compétition BBC Cardiff Singer of the World. Il gagne le prix au nez et à la barbe de Bryn Terfel alors que le chanteur gallois était pourtant sur ses terres. A l’époque, le russe a déclaré être certain de remporter la compétition avant d’entendre la prestation de Terfel dans Wagner.

Toujours en 1989, Dmitri Hvorostovsky fait ses débuts sur les scènes occidentales à l’Opéra de Nice dans La Dame de Pique de Tchaïkovski. Puis, il enchaîne les succès à La Fenice et l’Opéra de Chicago. Par la suite, le baryton sibérien se produit sur les plus prestigieuses scènes du monde, le Met, le Royal Opera House, La Scala de Milan, le Wiener Staatsoper, l’Opéra de Paris ou le Festival de Salzbourg.

Dmitri Hvorostovsky laisse derrière lui une femme et quatre enfants. Sa dernière prestation remonte en juin dernier sur la scène de ses premiers pas à Krasnoïarsk. Plusieurs hommages lui seront rendus sur l'antenne de France Musique, plus particulièrement par Stéphane Grant dans Lirico Spinto dimanche 26 novembre.