L’Opéra national de Paris dévoile sa saison 2016-2017

L’Opéra national de Paris a dévoilé mercredi 10 février 2016 sa saison 2016-2017. Au programme : de belles distributions, et bon nombre de surprises…

L’Opéra national de Paris dévoile sa saison 2016-2017
affiche saison 2016 2017 opéra de paris

C’est un moment attendu des mélomanes : le voile est (enfin) levé sur la prochaine saison de l’Opéra national de Paris. Une saison pleine de surprises, tant du côté des créations et des nouvelles distributions que dans les distributions. Petit tour d’horizon.

Nouvelles productions et créations

C’est une grande nouvelle : l’opéra de Paris renoue avec la création. Commandé par l’institution au compositeur Luca Francesconi (à l’honneur, en ce moment, dans le cadre du Festival Présences), l’opéra Trompe-la-mort sera présenté au Palais Garnier, avec Julie Fuchs et Cyrille Dubois sous la direction de la chef d’orchestre Susanna Mälkki.

Du côté des nouveaux spectacles, on assistera cette saison à la première entrée du chef Leonardo Garcia Alarcon et du metteur en scène Thomas Jolly à Garnier Eliogabalo, opéra de Francesco Cavalli. Absent des programmations depuis 1991, Samson et Dalila de Camille Saint-Saëns retrouve l’opéra Bastille sous la direction de Philippe Jordan. Anita Rachvelishvili y interprètera Dalila, tandis que Samson sera incarné par Aleksandrs Antonenko dans une mise en scène signée Damiano Michielettho (metteur en scène du Barbier de Séville actuellement à l’affiche).

Après 10 ans d’absence, les spectateurs retrouveront Lohengrin de Wagner en janvier-février 2017, dans une mise en scène de Claus Guth, Philippe Jordan à la baguette, dans une distribution comptant notamment sur René Pape en Heinrich der Vogler, et sur Jonas Kaufmann en Lohengrin.

Traditionnellement accompagné du Pagliacci de Leoncavallo, c’est avec Sancta Susanna de Paul Hindemith que sera associé la saison prochaine Cavalleria Rusticana de Mascagni. Il s’agit d’une entrée au répertoire pour l’opéra d’Hindemith, dans lequel Anna Caterina Antonacci incarnera le rôle-titre. Autre entrée au répertoire : l’opéra La Fille de Neige (snegourotchka ) de Nicolaï Rimski-Korsakov sera mis en scène par Dmitri Tcherniakov et dirigé par Mikhail Tatarnikov.

Autre grand évènement de cette saison lyrique : une nouvelle Carmen mise en scène par Calixto Bieito dont le Turandot monté à Toulouse en juin 2015 avait déclenché la polémique. L’opéra sera donné une première fois en mars-avril 2017, puis repris en juillet et diffusé place de la Bastille avec Roberto Alagna et Elīna Garanča dans les rôles principaux. A noter également : la première production sera dirigée par Lionel Bringuier, à la tête de l’Orchestre de l’Opéra de Paris pour la première fois.

Autre nouveau spectacle : Cosi fan Tutte au Palais Garnier, sous la direction de Philippe Jordan et dans une mise en scène et une chorégraphie de Teresa de Keersmaeker. Surprise de mise en scène également du côté de La Cenerentola de Rossini, mise en scène par Guillaume Gallienne.

Reprises

Du côté des reprises, on compte tout d’abord la récente Tosca de Pierre Audi (2014), servie par Anja Harteros et Liudmyla Monastyrska en alternance, avec Marcelo Alvarez en Mario. Autre grand classique : Lucia di Lamermoor, dans la mise en scène d’Andrei Serban, avec Artur Rucinski en Enrico Ashton et Pretty Yende et Nina Minasyan en alternance dans le rôle de Lucia.

Du côté des Contes d’Hoffmann, Stéphane Lissner a fait le choix de la tradition, annonçant une nouvelle reprise de la mise en scène de Robert Carsen (déjà reprise cinq fois depuis 2000) servie notamment par Sabine Devieilhe en Olympia, et Jonas Kaufmann en Hoffmann.

On remarque également la reprise d’Iphigénie en Tauride de Gluck dans la mise en scène de Warlikowski, avec Véronique Gens en Iphigénie, Etienne Dupuis en Oreste et Stanislas de Barbeyrac en Pylade, ainsi que la reprise de la Flûte Enchantée de Mozart dans la mise en scène de Robert Carsen, avec entre autre Stanislas de Barbeyrac, Sabine Devieilhe, Michael Volle ou encore José van Dam en officiant. Un grand répertoire complété par la reprise de Rigoletto (mise en scène de Claus Guth avec Vittorio Grigolo ) et de Wozzeck d’Alban Berg (mise en scène de Christoph Marthaler ), seul opéra moderne de cette programmation.

Sur le même thème