L'Opéra de Sydney interdit son accès à deux critiques

Le directeur artistique de la compagnie Opera Australia, dont le siège se trouve à Sydney, a décidé d'interdire l'accès à deux critiques musicaux suite à la parution d'articles qui lui ont déplu.

L'Opéra de Sydney interdit son accès à deux critiques
© Sydney

Il va falloir y réfléchir à deux fois avant d'écrire une mauvaise critique sur une production de l'Opéra de Sydney. Deux journalistes ont été simplement bannies des listes d'invitations pour la presse au motif que leur dernier article avait déplu au directeur artistique d'Opera Australia, Lyndon Terracini. Ce dernier leur a signifié via un email clair et concis.

Tout d'abord à la journaliste Harriet Cunningham qui travaille pour le Sydney Morning Herald et qui avait critiqué la programmation de la future saison de l'opéra. Voici ce que lui a répondu le service de presse après avoir demandé une place pour une production: "Lyndon s'est senti très offensé par ton article. Je suis certain que ce n'est pas une surprise pour toi. Donc non, je crains que nous ne soyons plus en mesure de te donner des places dorénavant". La critique avait pointé du doigt le manque d'innovation et de prise de risque dans la programmation de la saison 2015/2016.

Ensuite, c'est la journaliste Diana Simmonds qui a fait les frais d'une critique un peu trop relevée aux yeux du directeur artistique. La critique du blog Stage Noise n'a appris que quelques heures avant la première de La Flûte Enchantée qu'elle n'aurait pas de place. Là encore, le service de presse n'a pas été très explicatif: "En réponse à votre dernier article concernant la compagnie [Opera Australia, ndlr], Lyndon [Terracini] a demandé que vous soyez retirée de la liste média ". Une réaction que la blogueuse a qualifié "d'enfantine ".

Pour tenter d'éteindre la polémique, le directeur artistique a indiqué qu'il souhaitait s'entretenir avec la rédaction en chef du Sydney Herald Morning afin de trouver une alternative. Ce à quoi le quotidien a répliqué qu'en aucun cas le journal laissera les "compagnies d'opéra choisir les critiques à [sa] place". "Bien que l'opéra a décidé de ne plus offrir de places pour les journalistes, le quotidien paiera désormais ses billets pour que les journalistes puissent continuer à faire leur travail de critique ".

Sur le même thème