L’opéra de Sydney ferme ses portes deux ans pour d’importants travaux

Le célèbre bâtiment de l’opéra de Sydney s’apprête à fermer pour deux ans de rénovation et travaux. L’objectif est de pouvoir offrir une meilleure acoustique et une plus grande accessibilité.

L’opéra de Sydney ferme ses portes deux ans pour d’importants travaux
©DeanLewins/EPA/Maxppp

Depuis son ouverture en 1973, l’opéra de Sydney n’avait jamais subi de travaux aussi importants. Et pour cause, le bâtiment va fermer ses portes pendant deux ans pour faire quasi peau neuve. L’idée est de rendre cette maison d’opéra : « aussi extraordinaire et incroyable à l’extérieur qu’à l’intérieur », a déclaré David Robertson, directeur artistique et chef d’orchestre de l’orchestre symphonique de Sydney.

Les travaux devraient débuter vers 2019 pour une durée de quatre ans en tout, dont deux années de fermeture pour la salle de concert. Le coût de ces rénovations est estimé à 247 millions de dollars australiens (environ 170 millions d’euros), pris en charge par le gouvernement australien.

Le principal objectif est de développer l’acoustique dans la grande salle de l’opéra. Le plafond sera doté de nouveaux déflecteurs acoustiques qui permettent de mieux distribuer le son, et une installation pour le son en 3D va être mise en place ainsi qu’une climatisation silencieuse.

L’accessibilité du bâtiment va être simplifiée avec l’installation de nouveaux ascenseurs, un escalier roulant et l’ajout de 26 places assises accessibles pour les fauteuils roulant dans différentes parties de la grande salle.

Enfin, l’opéra de Sydney va transformer une partie de son bâtiment en centre d’apprentissage créatif pour les enfants et en lieu d’accueil pour des conférences ou débats. Les travaux vont aussi permettre l’installation d’une classe numérique permanente et d’un café.

Louise Herron, directrice générale de l’opéra de Sydney a précisé que tous ces travaux suivent les principes de Jorn Utzon, le feu architecte danois qui a construit les plans de ce bâtiment. « Il existe un équilibre entre notre patrimoine et notre avenir, et c’est ce que nous avons essayé de faire avec le plus grand respect », a-t-elle déclaré.

L’opéra de Sydney, bâtiment classé au patrimoine mondial de l’Unesco en 2007, a souffert pendant de nombreuses années de son acoustique peu satisfaisante. Comme en 1999 quand Edo de Waart, alors chef de l’orchestre symphonique de Sydney, avait menacé de boycotter la salle pendant les Jeux Olympiques de 2000 à cause des panneaux acoustiques qu’il qualifiait de « plaisanteries ».

Sur le même thème