L'Opéra de Saint-Etienne en pleine crise

Un mois après la décision de la nouvelle mairie UMP de Saint-Etienne de suspendre 9 cadres en charge de la culture dont le directeur et le directeur musical de l'Opéra de Saint-Etienne, l'établissement est toujours plongé dans l'incertitude quant à son avenir.

L'Opéra de Saint-Etienne en pleine crise
L'Opéra de Saint-Etienne connaît une crise interne sans précédent avec la suspension de son directeur et de son directeur musical. (Victor Tribot Laspière/France Musique)

Les stéphanois amateurs d'opéra sont toujours sous le choc. Un mois après la décision de la mairie de suspendre l'équipe dirigeante et artistique en charge de l'Opéra de Saint-Etienne, l'heure est aux explications. Qu'est-ce qui a pu motiver Gaël Perdriau, nouvel édile UMP de la ville, de suspendre 9 cadres en charge de la culture, dont Vincent Bergeot et Laurent Campellone, respectivement directeur et directeur musical de l'Opéra de Saint-Etienne? Vengeances politiciennes ou réels dysfonctionnements internes, la nouvelle et l'ancienne équipe municipale sont engagées dans un combat acharné pour tenter de porter la faute sur le camp adverse.

C'est à l'issue de la présentation de la nouvelle saison de l'Opéra à la presse, que les précisions ont été apportées. Faute de directeur puisque celui-ci fait partie des 9 suspendus, c'est Marc Chassaubéné, adjoint à la culture qui s'est chargé de lister les nouveautés de la saison 2014/2015. Pas vraiment habitué à l'exercice, l'élu s'en est mieux tiré lorsqu'il s'est agi de répondre aux questions portant sur la situation de crise.

Marc Chassaubéné, adjoint à la culture (à gauche) et Michel Béal, adjoint aux ressources humaines de Saint-Etienne lors de la présentation de la nouvelle saison de l'Opéra. (DR)
Marc Chassaubéné, adjoint à la culture (à gauche) et Michel Béal, adjoint aux ressources humaines de Saint-Etienne lors de la présentation de la nouvelle saison de l'Opéra. (DR)

Il a tout d'abord évoqué la santé financière de l'établissement qui souffre d'un "déficit d'environ 1 million d'euros sur les trois dernières années ". Ce que nie l'ancien maire qui lui parle de "trois fois moins ". "Le dérapage budgétaire de l'Opéra Théâtre sur cette saison s'élève à 600.000 euros, dont 200.000 euros dus à une diminution de la subvention du conseil général, et pas à un million d'euros ", a contesté l'ancien maire socialiste, Maurice Vincent. L'enquête administrative lancée suite la suspension des cadres devra éclaircir la situation mais ce n'est pas l'aspect financier qui a été retenu contre le directeur de l'établissement, Vincent Bergeot et Laurent Campellone, le directeur musical.

Maurice Vincent, l'ancien maire PS de Saint-Etienne dénonce une "chasse aux sorcières" de la part de la nouvelle municipalité. (MaxPPP))
Maurice Vincent, l'ancien maire PS de Saint-Etienne dénonce une "chasse aux sorcières" de la part de la nouvelle municipalité. (MaxPPP))

À ÉCOUTER

maurice vincent opéra saint étienne son

La mairie leur reproche une mauvaise gestion des ressources humaines, accusation relayée par plusieurs délégations du personnel et plusieurs pétitions, en raison de pressions de la direction. Des pressions qui auraient conduit à deux tentatives de suicides au sein du personnel. L'enquête devra là aussi pointer la responsabilité de chacun. L'adjoint à la culture a également évoqué des problèmes techniques - un dysfonctionnement dans la commande informatique des cintres - laissant craindre une "mise en danger " des salariés en cas d'accident.

Du côté de l'ancienne équipe municipale, on parle de "chasse aux sorcières ", de "climat de violence ", de "pantalonnade ". Aurélie Filippetti, la ministre de la Culture a décidé de réagir en déclarant qu'il n'était pas "normal que des artistes ou des programmateurs soient pris en otage pour des considérations politiques ".

Des attaques qui sont inadmissibles pour Florent Pigeon, chef de groupe de l'opposition socialiste à Saint-Etienne.

Florent Pigeon, chef de l'opposition socialiste à Saint-Etienne, ne comprend pas la "violence" d'une telle décision. (Victor Tribot Laspière/France Musique)
Florent Pigeon, chef de l'opposition socialiste à Saint-Etienne, ne comprend pas la "violence" d'une telle décision. (Victor Tribot Laspière/France Musique)

À ÉCOUTER

florent pigeon opéra saint étienne son

Laurent Campellone claque la porte

Sur les 9 cadres suspendus, 4 ont depuis été réhabilités, ce qui n'est pas le cas de Vincent Bergeot, directeur nommé sous la précédente municipalité socialiste, et de Laurent Campellone, le directeur musical. Le chef d'orchestre a d'ailleurs décidé de démissionner en estimant dans un communiqué à l'AFP que "le respect mutuel et la confiance réciproque nécessaires à ma fonction sont rompus. J'ai été patient, mais je ne peux plus travailler dans ces conditions ".

Michel Béal, adjoint aux ressources humaines, a précisé que c'était en tant que cadre en charge des ressources humaines que Laurent Campellone a été suspendu, "ce n'est aucun cas pour des considérations artistiques ", a ajouté l'adjoint à la culture.

Michel Béal, adjoint aux ressources humaines de la ville de Saint-Etienne. (DR)
Michel Béal, adjoint aux ressources humaines de la ville de Saint-Etienne. (DR)

À ÉCOUTER

michel béal opéra saint-étienne son

Laurent Campellone était très apprécié des stéphanois pour ses qualités de chef. Il a réussi à consolider l'Orchestre symphonique de Saint-Etienne Loire en lui conférant une notoriété nationale. Ce à quoi l'adjoint à la culture répond qu'"on ne peut pas privilégier la notoriété d'un homme aux souffrances d'autres ". Le chef d'orchestre est aussi montré du doigt pour ne pas avoir assez préparé les saisons à l'avance. Les contrats et les cachets des artistes n'auraient pas tous été signés et négociés à l'avance.

Campellone n'a sans doute pas apprécié non plus d'être suspendu à quelques jours d'un concert attendu, Carmina Burana de Carl Orff avec la présence de 300 musiciens sur scène. C'est le chef belge David Reiland qui l'a remplacé au pied levé. A l'heure où nous écrivons ces lignes, la démission de Campellone n'a toujours pas été validée par la mairie de Saint-Etienne, le chef étant toujours soumis à un devoir de réserve n'a donc pas pu s'exprimer ni se défendre des accusations sur sa mauvaise gestion des ressources humaines.

Un avenir incertain

Campellone, grand défenseur de la musique française était également l'un des piliers de la Biennale Massenet, ce festival destiné à faire entendre les oeuvres méconnues du compositeur stéphanois. On pouvait craindre de voir remise en cause la biennale mais la mairie a assuré qu'elle ne voyait pas de raison de ne pas continuer à soutenir le festival.

La ville de Saint-Etienne est donc en quête de trouver un directeur intérimaire le temps que durera l'enquête administrative, idem pour le chef de l'Ossel.

Pour ce qui est de la saison prochaine, elle se fera sur les bases conçues par le directeur suspendu. La mairie s'est refusée de l'annuler par respect pour les artistes et les contrats déjà signés. Seules certaines productions seront remaniées afin de limiter les dépenses.

La mairie a déclaré qu'elle prendra véritablement la main sur la programmation pour la saison 2015/2016. Chassaubéné promettant une saison de "grande qualité et financièrement plus raisonnable ". Plusieurs pistes seront explorées afin de réduire les coûts comme des prêts de productions d'autres opéras ou le recours à d'anciennes productions "maison".

À ÉCOUTER

Marc Chassaubéné opéra saint étienne son