L’Opéra de Dijon privé de subvention du département

L’Opéra de Dijon a fait part de son étonnement et de sa stupeur à la suite de la décision du président du conseil départemental de Côte-d’Or de supprimer sa subvention annuelle de 50 000 euros. La Vapeur, salle de musique actuelle, est également concernée.

L’Opéra de Dijon privé de subvention du département
Le Grand Théâtre de Dijon, l'une de deux salles de l'Opéra de Dijon , © AFP / Jaubert

Incompréhension pour l’Opéra de Dijon. Avec un simple courrier reçu cet été, la maison lyrique a appris que le conseil départemental de Côte-d’Or lui supprimait sa subvention annuelle de 50 000 euros. Un montant qui ne représente pas beaucoup comparé aux 11 millions d’euros de budget annuel, et aux 6,5 millions d’euros versés par la mairie de Dijon, mais qui aura un impact sur la vie de l’opéra. 

« Cela représente deux emplois au Smic » déplore Laurent Joyeux, directeur de l’Opéra de Dijon et interviewé par France Bleu Bourgogne. « C’est difficile de se retourner pour l’année en cours » poursuit-il, tout en précisant que le plus pénalisant selon lui est que le conseil départemental semble vouloir mener cette politique pour les années à venir. « Or dans nos métiers, la programmation se réalise très longtemps à l’avance ». 

Cette décision semble d’autant plus incompréhensible pour Laurent Joyeux, que le conseil départemental siège au conseil d’administration de l’opéra. « On ne peut pas imaginer qu’un membre du conseil d’administration arrête sans prévenir de subventionner la maison. Cela nous met vraiment en difficulté » se désole Laurent Joyeux. 

François Sauvadet, président du conseil départemental affilié à l’UDI, parti de centre-droit, a expliqué cette décision par le fait que l’Opéra de Dijon ne bénéficierait qu’aux Dijonnais et pas à l’ensemble des habitants du département. Incompréhensible, lui répond l’opéra, chiffres à l’appui. Sur les 60 000 spectateurs accueillis chaque année, 15% viennent de Côte-d’Or et ne résident pas à Dijon et sa métropole. 

La Vapeur, établissement labellisé « scène de musiques actuelles » par le ministère de la Culture, se retrouve dans la même situation que l’opéra, et dans la même incompréhension. Avec la suppression de la subvention de 50 000 euros, la répercussion sera plus importante puisque le budget de la salle s’élève à 2 millions d’euros. 

« Le département n’est pas un guichet où les associations viennent retirer leurs subventions sans fournir une contrepartie identifiée au bénéfice de tous les Côte-d’Oriens » a répondu François Sauvadet. Le directeur de l’Opéra de Dijon ne peut s’empêcher d’y voir un règlement de comptes à l’approche des municipales en mars 2020. 

Les élus du territoire n’ont pas tardé à réagir. « Cette décision en ferait la seule scène de musique actuelle de France à ne pas être soutenue par le département de son territoire » s’est étonnée sur Twitter Nathalie Koenders du parti socialiste et première adjointe au maire de Dijon, au sujet de La Vapeur. « Cette décision marque une rupture d’égalité territoriale inacceptable, une rupture d’égalité inacceptable entre les différents publics » a-t-elle poursuivi.