Intervention du Raid à l'Opéra de Nantes en raison d'une menace d'attaque armée

Mardi 18 juin au soir, le Raid a été mobilisé pour sécuriser l'Opéra de Nantes. Une intervention liée à une menace d'irruption d'un groupe armé alors que la chanteuse iranienne Sahar Mohammadi était programmée. Heureusement, la soirée s'est déroulée normalement.

Intervention du Raid à l'Opéra de Nantes en raison d'une menace d'attaque armée
Le théâtre Graslin, lieu des représentations nantaises d'Angers-Nantes Opéra, © Maxppp / Romain Boulanger

Le théâtre Graslin, lieu des représentations de l'Opéra de Nantes, a été entièrement sécurisé par les forces de l'ordre, mardi 18 juin à partir de 20h. Une cinquantaine d'hommes du Raid ont été envoyés sur place suite à la découverte d'une menace qui faisait mention d'un groupe armé et de son intention de tirer des coups de feu à l'intérieur du théâtre au début du spectacle. 

Menace prise très au sérieux par le préfet des Pays de la Loire et de Loire-Atlantique mais heureusement sans gravité. Sur Twitter, il a précisé qu'aucun spectateur n'avait été confiné ni évacué, et que la représentation prévue ce soir-là a pu se dérouler normalement. 

Pour afficher ce contenu Twitter, vous devez accepter les cookies Réseaux Sociaux.

Ces cookies permettent de partager ou réagir directement sur les réseaux sociaux auxquels vous êtes connectés ou d'intégrer du contenu initialement posté sur ces réseaux sociaux. Ils permettent aussi aux réseaux sociaux d'utiliser vos visites sur nos sites et applications à des fins de personnalisation et de ciblage publicitaire.
Paramétrer les cookies

Ce mardi 18 juin, la chanteuse iranienne Sahar Mohammadi était programmée sur la scène du théâtre Graslin. L'artiste avait déjà fait l'objet de menaces en mars 2017 alors qu'elle se produisait à Langon en Gironde. Heureusement, les spectateurs ont pu assister à la représentation normalement. C'est simplement à la fin du concert, qu'Alain Surrans le directeur d'Angers-Nantes Opéra a pris la parole pour expliquer la situation. 

Ils ont du attendre environ 45 minutes que les forces de l'ordre fasse les vérifications d'usage avant de pouvoir quitter les lieux. A 22h, le public à pu partir et le dispositif de sécurité a été levé vers 23h15 a indiqué la préfecture. Une enquête judiciaire est en cours concernant le ou les auteurs de la menace en question.