« Il n'y a pas plus grand épanouissement que de faire le métier que je fais...» - Adèle Charvet

« C'est une joie absolue, et beaucoup de discipline. Mais c'est aussi vivre dans la beauté en permanence. » La mezzo-soprano Adèle Charvet nous fait découvrir sa voix en images et en musique.

« Il n'y a pas plus grand épanouissement que de faire le métier que je fais...» - Adèle Charvet
Adèle Charvet, mezzo-soprano, © Radio France / Pôle vidéo, France Musique

France Musique : Pourquoi avez-vous choisi le chant ?

Adèle Charvet : J'ai toujours chanté. Je chantais même avant de parler, et aussi loin que je me souvienne, je n'ai pas de souvenir de moi ne chantant pas. J'ai finalement choisi de faire du chant lyrique, j'ai pris ma décision à peu près vers l'adolescence où je faisais beaucoup de jazz. A ce moment-là, je ne me suis pas posée beaucoup de questions. J'avais juste un amour fou pour le répertoire qu'offrait la voix lyrique, l'opéra, le lied, la mélodie et l'oratorio.

Est-ce que c'est facile, la pratique du chant lyrique ?

Non ! Non, ce n'est pas facile. Certains disent qu'il faut une dizaine d'années pour construire une voix, et pour d'autres, il faut toute une vie. Cela dépend vraiment de chacun, parce que la voix évolue avec le corps : à l'adolescence, pendant une grossesse, après un accouchement, pendant les règles, après la ménopause... On est tout le temps en train de rééquilibrer l'instrument. Donc je ne peux pas dire que c'est facile, mais c'est passionnant !

Comment fonctionne la voix chantée ?

L'appareil phonatoire se divise en trois pôles principaux : le ventre (qui abrite le diaphragme) et les poumons (qui contrôlent la respiration), le cou qui renferme le larynx et le cordes vocales, et la tête. Quand on expire sans efforts, il ne se passe rien (on expulse l'air, tout simplement). Ce qui va produire un son, c'est la rencontre entre les cordes vocales et l'air qui arrive en dessous. Sous la pression, les cordes vocales vont se mettre à vibrer plus ou moins vite et le son produit se retrouve propulsé dans les "résonateurs" : c'est le rôle de la tête. Comme les voûtes d'une cathédrale, elle va faire résonner et rayonner le son produit.

Comment décrire votre voix de mezzo-soprano ?

De manière générale, une mezzo-soprano devra chanter entre le sol 3 et le si naturel, ou parfois le contre-ut.

Avec quel instrument est associée votre voix ?

Souvent, on associe la voix de mezzo-soprano au violoncelle. J'entendais souvent mes professeurs de chant dire : « Là, il faut que ça gronde comme un violoncelle ! » A l'inverse, les instruments nous jalousent aussi. On entend parfois les instrumentistes dire quelque chose comme : « Il faut que ça chante absolument, là ! »

Existe t-il un cliché sur les chanteuses lyriques ?

Le cliché qui revient tout le temps, c'est que les chanteurs seraient des divas capricieuses. Bon, c'est parfois vrai. Mais en vérité, on se protège beaucoup, car nous sommes esclaves de beaucoup de choses qui nous échappent et que nous ne maîtrisons pas forcément. Par exemple, on a toujours peur d'être malades, on a peur de la climatisation, de l'humidité, de la sécheresse, etc. En effet, la voix est un instrument très fragile, et les chanteurs sont aussi des êtres humains qui peuvent tomber malades ! Et pour se protéger, certains prennent des mesures parfois extrêmes qui peuvent passer pour des caprices.

Avez-vous une anecdote particulière à nous raconter ?

Je chantais le Magnificat de Bach (une œuvre extraordinaire, un chef-d’œuvre) sous la direction de John Nelson, et je m'enflammais un peu dans les fugues. J'adore cette musique et je me suis mise à bouger un peu trop. Le chef m'a donc prise à part et m'a dit : « C'est très bien votre enthousiasme. En revanche, il va falloir arrêter de danser, parce que ça prend trop de place ! » Sur le coup, il a vraiment sapé mon enthousiasme, mais je ne me suis pas démontée pour autant !

Chanter, qu'est-ce que ça représente pour vous ?

C'est le centre de ma vie. C'est ma joie absolue. Et puis je me suis rendue compte que je pouvais faire plaisir aux autres en chantant. De plus, quand on parle d'être chanteur lyrique, on parle aussi de maîtriser un certain nombre de langues, de découvrir du répertoire et d'apprendre tout le temps de nouvelles musiques. Chanter, c'est aussi travailler sur son corps, car au final, c'est lui notre véritable instrument !