Festival d'Aix : la mise en scène de l'Enlèvement au Sérail modifiée pour cause d'allusions à Daech

Bernard Foccroule, directeur du festival d'Aix-en-Provence a fait modifier deux scènes de l'Enlèvement au Sérail de Mozart qui faisaient trop clairement référence à l'Etat Islamique.

Festival d'Aix : la mise en scène de l'Enlèvement au Sérail modifiée pour cause d'allusions à Daech
djihadistes aix

Le festival d'Aix-en-Provence a décidé de modifier deux scènes de L'Enlèvement au sérai l de Mozart faisant allusion au groupe État islamique (EI) dans la mise en scène radicale proposée cette année par l'Autrichien Martin Kusej, a indiqué son directeur Bernard Foccroulle.

"La question de l'image est devenue extrêmement sensible, nous n'avons pas voulu que des images piochées dans la production se retrouvent sur internet hors contexte ", a expliqué Foccroulle, lors de la présentation de l'édition 2016 du festival lyrique.

Le metteur en scène a décidé de transposer le singspiel de Mozart dans un camp de djihadistes, avec ses hommes armés de kalachnikov. Un univers qui, pourquoi pas, peut fonctionner avec le livret de l'Enlèvement au sérail : la tentative d'un jeune homme de délivrer sa promise retenue prisonnière dans le palais d'un pacha.

Mais voilà, deux scènes ne sont pas passées auprès des yeux de Bernard Foccroulle. Il a demandé au metteur en scène de dépouiller le drapeau noir du groupe EI de ses inscriptions et de supprimer une scène à la fin, où les têtes de prisonniers décapités arrivaient sur le plateau dans des sacs en plastique.

daech aix
daech aix

"Ce n'est pas de la censure, c'est de la maturité ", a expliqué Bernard Foccroulle. C'est la première fois depuis qu'il dirige le festival (2007) que Foccroulle intervient sur une production de cette façon.

"Après les attaques de vendredi 26 juin, les allusions à Daech ne m'ont pas paru pertinentes sur une scène d'opéra ", a-t-il souligné. Pour éviter toute récupération sur les réseaux sociaux de photos sorties de leur contexte, aucun filage photo n'a été organisé pour cette production.

Le chef d'orchestre Jérémie Rhorer qui dirige la production a reconnu lui aussi ne pas approuver les choix initiaux du metteur en scène. Sur Europe 1, il a déclaré "qu'il y a des choses qui me semblent discutables, contestables. L'opéra est une société d'élite avec ses codes, ses provocations, ses subversions mais il y a aussi la société civile. Et la France connait des moments extrêmement dramatiques : un artiste ne peut pas tout se permettre ".

Comme chaque année, le festival propose une oeuvre de Mozart, "l'ADN du festival ", selon Bernard Foccroulle. L'Enlèvement au sérail, qui tombe souvent dans le piège du kitsch orientalisant, ne court cette fois aucun risque avec la mise en scène ultra contemporaine de l'Autrichien Martin Kusej, branchée sur l'actualité du monde arabe.

L'Enlèvement au Sérail, singspiel de Mozart en trois actes. Direction musicale de Jérémie Rhorer, Mise en scène de Martin Kusej jusqu'au 21 juillet au festival d'Aix-en-Provence.

Sur le même thème