Enregistrement d'un opéra : mode d'emploi

Herculanum de Félicien David fait pour la première fois l'objet d'un disque par le Palazzetto Bru Zane. L'occasion de se faufiler dans les coulisses pour comprendre comment on enregistre un opéra.

Enregistrement d'un opéra : mode d'emploi
Le chef Hervé Niquet à la tête du Brussels Philharmonic dans une salle de répétition du Théâtre de la Monnaie à Bruxelles lors de l'enregistrement d'Herculanum de Félicien David. (© Victor Tribot Laspière/France Musique)

C'est dans une gigantesque salle de brique rouge du Théâtre de la Monnaie de Bruxelles que les musiciens sont installés pendant les dix jours d'enregistrement. Dix jours pour "mettre en boîte" Herculanum de Félicien David, un opéra en 4 actes d'une durée de deux heures et demie qui n'avait jamais été capté auparavant. Le Palazzetto Bru Zane - Centre de musique romantique française en assure la réalisation afin de compléter sa collection "Opéras français".

Pour l'occasion, le chef Hervé Niquet est à la tête du Brussels Philharmonic et du Vlaams Radio Koor, deux formations qui ont un fonctionnement assez particulier en ce qui concerne l'enregistrement d'un disque. "Le Brussels Philharmonic est un ancien orchestre de radio. Ils ont donc une rapidité de lecture et de déchiffrage assez impressionnante " précise Hervé Niquet. Et pour cause, à chaque nouveau morceau le chef procède à une première lecture avec les musiciens qui découvrent au moment où ils la lisent la partition. Il donne ses consignes d'interprétation, change quelques coups d'archet, etc. et dès la deuxième lecture l'enregistrement est lancé. Il ne faut guère plus plus de quatre ou cinq prises pour passer au morceau suivant. A ce rythme-là, l'orchestre est capable d'enregistrer 7 minutes de musique par heure.

Hervé Niquet Herculanum photo
Hervé Niquet Herculanum photo

À ÉCOUTER

Hervé Niquet Herculanum

En régie, Felicia Bockstael, casque sur les oreilles et les yeux rivés sur la partition, s'assure que chaque passage de l'opéra est bien enregistré, que les notes, le texte soient bien respectés. En tant que directrice artistique, elle est la "deuxième oreille" d'Hervé Niquet et elle a la responsabilité de dire à quel moment une prise est bonne et que l'on peut dès lors poursuivre la captation. Pour des soucis d'emplois du temps des chanteurs, l'oeuvre est enregistrée dans le désordre, à la manière du tournage d'un film. Felicia aura ensuite la lourde tâche d'assembler toutes les pièces du puzzle pour que le disque paraisse avoir été capté d'une traite. Un montage qui durera trois semaines pendant lesquelles elle sera assistée d'Hervé Niquet pour choisir les meilleurs prises et aboutir au mixage parfait.

felicia herculanum photo
felicia herculanum photo

À ÉCOUTER

Felicia Herculanum

Cette manière de procéder est propre à celle du Palazzetto Bru Zane. Peu de disques sont en fait réalisés ainsi. Généralement, l'orchestre a le temps de répéter quelques jours avant d'enregistrer. De plus, dans le cas de ce disque Herculanum, les choses ont été faites à l'envers puisque le disque a précédé la représentation contrairement à ce qui se fait d'habitude. Une façon de faire à laquelle n'étaient pas forcément habitués la basse Nicolas Courjal et la mezzo-soprano Karine Deshayes. Répétition au piano l'après-midi et enregistrement avec l'orchestre le lendemain en fin de matinée. Un véritable défi pour une oeuvre qu'ils n'avaient pas "dans l'oreille" puisqu'il s'agit du premier enregistrement d'Herculanum.

Courjal Deshayes Herculanum photo
Courjal Deshayes Herculanum photo

À ÉCOUTER

Courjal Deshayes Herculanum

L'enregistrement du disque a pris fin ce vendredi 7 mars et une unique représentation d'Herculanum de Félicien David a lieu demain samedi 8 mars à l'Opéra Royal de Versailles. Le disque devrait être disponible à la fin du mois d'août. Le concert sera d'ailleurs retransmis sur France Musique le samedi 24 mai dans la Soirée lyrique de Judith Chaine.