Des détenus américains vont interpréter des extraits de Fidelio

Aux États-Unis, une quarantaine de détenus de l'Iowa, membres d'une chorale, vont interpréter des passages de Fidelio. La représentation aura lieu à New York, mais les détenus ne s'y rendront pas, leur prestation sera enregistrée puis diffusée.

Des détenus américains vont interpréter des extraits de Fidelio
Une séance de répétition à la prison de Coralville (capture d'écran)

La prison de Coralville fait chanter ses détenus depuis plusieurs années, mais c'est la première fois qu'un chœur de prisonniers participe à la représentation d'un opéra. Ils chanteront quelques passages de l'opéra Fidelio, leur seul opéra composé par Beethoven, qui se déroule justement dans une prison. Les organisateurs ont un peu modifié le sujet, il s'agit là d'un activiste noir injustement incarcéré. «Nous voulons utiliser l'art pour sensibiliser sur l'état du système de justice américain », a expliqué l'un d'eux. La représentation aura lieu en mai en Baruch Performing Arts Centre de New York, à plus de 1 600 kilomètres de la prison de Coralville. Mais les détenus ne s'y rendront pas. Leur prestation sera enregistrée puis diffusée sur scène, les répétitions et les premières captations ont déjà été filmées, l'enregistrement final aura lieu le 17 avril. La chorale de la prison, fondée en 2009 par une professeur de l'université de l'Iowa, comporte 70 membres, dont 40 sont des prisonniers.

« Il faut le faire plus souvent »

Le chœur répète dans le gymnase de la prison. Les organisateurs semblent satisfaits du résultats, c'est aussi le cas des détenus-chanteurs. « C'est une opportunité que je n'aurais probablement jamais eu à l'extérieur », explique Joseph Conard, qui a rejoint la formation peu après son incarcération en 2012. La présence de personnes extérieures à la prison « permet aussi de garder du lien », poursuit-il. Pour Josh Lush, détenu qui participe à l'atelier depuis sa création, le chant l'a « aidé à grandir ». « Faire entendre la voix des prisonniers de façon méliorative, c'est phénoménal, il faut le faire plus souvent », s'est-il enthousiasmé. Le spectacle sera présenté six fois, du 3 au 13 mai.