A Bastille, l’Opéra de Paris s’offre une deuxième salle de 800 places

Prévue dans le projet initial de l’Opéra Bastille, cette salle modulable de 800 places devrait enfin voir le jour. Le financement a été obtenu par Stéphane Lissner en contrepartie du départ de l’Opéra de Paris des ateliers Berthier.

A Bastille, l’Opéra de Paris s’offre une deuxième salle de 800 places
L'Opéra Bastille , © Corbis / PATRICE LATRON

L’Opéra Bastille, tel que prévu dans son projet initial, devrait enfin être achevé. A l’origine, une salle modulable de 800 places devait voir le jour dans le bâtiment mais le projet fut sans cesse reporté puis abandonné. Trente ans plus tard, Stéphane Lissner vient d’annoncer qu’elle serait finalement construite dans les années à venir. Le directeur de l’Opéra national de Paris l’a annoncé alors qu'était présenté le projet de transformation des ateliers Berthier dans le 17e arrondissement de Paris.

A ce jour, ces ateliers servent de seconde salle à l’Odéon-Théâtre de l’Europe mais aussi de lieu de stockage et de construction de décors de l’Opéra de Paris. Le président de la République François Hollande s’est rendu sur les lieux ce lundi 24 octobre en compagnie d’Audrey Azoulay, la ministre de la Culture pour annoncer sa volonté d'y créer une Cité du théâtre, à l’image de la Cité de la musique du parc de la Villette.

L’Opéra de Paris va donc rapatrier ses décors au sein de Bastille et en contrepartie, a obtenu les financements (60 millions d’euros HT) pour la construction de la salle modulable. La place ne sera pas un souci puisque Bastille possède déjà l’enveloppe de béton de 50 000 m3 et de 1 400 m2 au sol pour cette nouvelle salle. Les travaux avaient été réalisés dès la construction du bâtiment à la fin des années 80. L’établissement fera également construire de nouveaux lieux de stockage et de construction de décors sur le « terrain des délaissés », une zone laissée en jachère entre l’arrière de Bastille et la Coulée verte.

Avec cette salle modulable, le projet de Bastille sera définitivement achevé. Selon Stéphane Lissner, elle permettra aux artistes de « répéter dans de meilleures conditions qu’à Berthier » et également de « libérer le plateau du Palais Garnier pour permettre d’y donner davantage de spectacles ». La salle pourrait devenir le lieu de représentation de l’Académie de l’Opéra de Paris, ainsi que le lieu d’une « nouvelle offre culturelle à des prix très accessibles » en y programmant de la musique contemporaine et baroque, de la danse contemporaine et de la musique de chambre. Stéphane Lissner compte également sur la salle pour développer les ressources propres de l’Opéra en y faisant de la location d’espaces, en y ouvrant un bar et un restaurant. Les travaux devraient être achevés à l’horizon 2022-2023

En ce qui concerne la Cité du théâtre qui prendra place aux ateliers Berthier, elle résultera de l’association de l’Odéon – Théâtre de l’Europe qui, de la Comédie Française qui devrait bénéficier de deux salles afin de développer des mises en scènes contemporaines et du Conservatoire national supérieur d’Art dramatique qui en ferait son bâtiment principal. Eric Ruf, le patron de la Comédie-Française, espère pour sa part que ce « décentrement » permettra de conquérir de nouveaux publics. Le site est à l'articulation de la capitale et du Grand Paris. Après la phase d'étude, les travaux pourraient débuter en 2018, en vue d'un achèvement à l'horizon 2022-2023, si le projet était confirmé.

* Sur le même thème *