Angers Nantes Opéra : Angers souhaite baisser sa subvention d'1 million d’euros

Le maire d’Angers a fait part de son intention de baisser d’1 million d’euros la subvention allouée à Angers Nantes Opéra. La municipalité estime payer trop cher pour le nombre de représentations données.

Angers Nantes Opéra : Angers souhaite baisser sa subvention d'1 million d’euros
Le plafond du théâtre Graslin de Nantes, l'un des lieux de représentation d'Angers Nantes Opéra (© JEAN-SEBASTIEN EVRARD / AFP)

C'est lors d'une conférence de presse d'avant-conseil municipal que Christophe Béchu, maire Les Républicains d’Angers, a clairement évoqué son intention de baisser la subvention allouée par sa ville à Angers Nantes Opéra (ANO). D’un montant actuel de 1,5 millions d’euros pour un budget total d'environ 10 millions, le maire estime que sa municipalité paie beaucoup plus qu’elle ne le devrait. Dans un article du site my-angers.info, Christophe Béchu explique que la ville « paie pour des abonnés [de l’Opéra] qui ne sont pas Angevins ».

Le maire estime que de nombreux habitants de Saumur ou des environs bénéficient du même tarif que les angevins alors que leurs communes ne participent pas au financement de l’opéra. Christophe Béchu compare la situation de l’opéra avec celle de l’Orchestre national des Pays de la Loire « Nous versons 500 000€ de plus [à l’Opéra] que ce que nous versons à l’ONPL » explique le maire. Il rappelle que l’orchestre, ancré plus solidement à Angers que ne l’est l’opéra, a 3 500 abonnés.

Interrogé par téléphone, Alain Fouquet, l’adjoint à la culture de la ville d’Angers tient à rappeler qu’il ne s’agit pour l’instant que de scénarios. « Depuis 2 ans maintenant, nous réfléchissons à remettre à plat les conditions dans lesquelles s’est constitué le syndicat mixte qui gère Angers Nantes Opéra. Avec le départ du directeur, Jean-Paul Davois, prévu pour la fin d’année 2017, nous souhaitons profiter de l’occasion pour changer un modèle économique qui ne convient pas à la plupart des partenaires publics de l’opéra ».

Pour résumer la situation, Alain Fouquet explique que la ville de Nantes estime payer trop cher par rapport à Angers et que cette dernière estime ne pas accueillir assez de représentations. « Plusieurs scénarios sont à l’étude parmi lesquels la baisse de notre subvention ou encore la sortie du syndicat mixte et devenir client de l’Opéra de Nantes en achetant les productions » déclare Alain Fouquet. « Rien n’est décidé et nous explorons toutes les pistes possibles car il est certain que l’opéra est un art coûteux et que nous devons agir en fonction de la réalité économique de notre territoire. Nous ne pourrons pas continuer à financer la culture comme avant si nous ne faisons pas quelques ajustements ».

Parmi les autres scénarios envisagés, celui d’un rapprochement avec Rennes et son opéra et qui pourrait donner lieu à une nouvelle structure pour fonder un « Grand Opéra du Grand Ouest ». Outre les villes de Nantes et Angers, l'opéra est également financé par le ministère de la Culture, le conseil régional des Pays de la Loire et les conseils généraux de Loire-Atlantique et de Maine-et-Loire. Reste à réussir à mettre tout le monde d’accord à la table du syndicat mixte avant de présenter le scénario choisi lors du prochain conseil municipal de novembre prochain.

Sur le même thème