MAXXI Classique
Programmation musicale
Mercredi 21 avril 2021
3 min

Nina Simone : l’adieu au classique

Elle s’est éteinte le 21 avril 2003 à l’âge de 70 ans. Elle s’appelait Eunice Kathleen Waymon mais on la connait mieux sous le nom de Nina Simone. Ecoutons son jeu parfois baroque et l’histoire d’un rêve brisé, celui pour Nina Simone d’être la première pianiste classique noire.

Nina Simone : l’adieu au classique
Nina Simone lors d'un concert filmé par la BBC en 1966 , © David Redfern/Redferns

Les journées sont longues dans la villa de Carry-le-Rouet. C’est dans cette maison discrète du sud de la France que Nina Simone attend la fin, rongée par un cancer du sein qui progresse rapidement en ce printemps 2003. Il y a quelques semaines de cela, le passé s’est présenté à elle : L’Institut Curtis lui a décerné un diplôme honorifique. Les souvenirs reviennent avec précision. Elle se remémore ses 19 ans, ce jour où son rêve de devenir la première pianiste noire américaine s’est brisé… 

Il faut imaginer un petit bâtiment néoclassique écrasé par les tours de Philadelphie. Ce 7 avril 1951, Nina Simone se tient devant The Curtis Institute of Music. C’est dans ce prestigieux conservatoire qu’elle veut devenir ce qu’elle a toujours voulu être. Elle pense à sa mère qui la mise au piano dès ses trois ans, à sa professeur Miss Mazzy et aux après-midi passés auprès d’elle dans les quartiers blancs qu’elle quittait le soir. Elle se remémore surtout les derniers conseils de ses professeurs de la Juilliard School. Depuis un an elle prépare avec eux le concours d’entrée de l’Institut Curtis. Alors quand le jury lui apprend qu’elle n’est pas reçue, le monde s’écroule… 

ⓘ Publicité
Radio France ne vous demandera jamais de communiquer vos coordonnées bancaires.
Pour afficher ce contenu Youtube, vous devez accepter les cookies Publicité.

Ces cookies permettent à nos partenaires de vous proposer des publicités et des contenus personnalisés en fonction de votre navigation, de votre profil et de vos centres d'intérêt.
Paramétrer les cookies

On ne saura jamais ce qu'il s'est passé ce jour-là. Les défenseurs de l'Institut diront que cette école avait accepté quelques élèves noirs plusieurs années avant le concours d'entrée de 1951, que sur plus de soixante-dix candidats seuls trois ont été retenus. Le fait est que cet échec a toujours été considéré par Nina Simone et sa famille comme le fruit du racisme. Bien qu’un des professeurs de l’Institut, Vladimir Sokhaloff, lui donnent quelques cours en dehors de l’école, Nina Simone tourne finalement le dos au classique. Elle se met à chanter et à jouer un tout autre répertoire dans des clubs nocturnes avant de devenir l'une des voix les plus puissantes de la lutte pour les droits civiques. Eunice Waymon prend le nom de Nina Simone et le devient véritablement à partir de ce jour-là…

Nina Simone ne sera jamais la concertiste qu’elle aurait rêvé être mais son jeu est envoûté par le classique. Son phrasé se souvient des maîtres du baroque et de Bach, son compositeur favoris, lorsqu’après avoir séjourné au Liberia, elle remonte sur scène en 1976 à Montreux.

Pour afficher ce contenu Youtube, vous devez accepter les cookies Publicité.

Ces cookies permettent à nos partenaires de vous proposer des publicités et des contenus personnalisés en fonction de votre navigation, de votre profil et de vos centres d'intérêt.
Paramétrer les cookies

Un jeu perlé, des marches harmoniques et des trilles caractéristiques du clavier baroque que l’on trouve aussi dans le passage central de Love me or Leave Me en 1966. Une parenthèse comme une fugue sans paroles et libératrice… 

Pour afficher ce contenu Youtube, vous devez accepter les cookies Publicité.

Ces cookies permettent à nos partenaires de vous proposer des publicités et des contenus personnalisés en fonction de votre navigation, de votre profil et de vos centres d'intérêt.
Paramétrer les cookies
L'équipe de l'émission :