MAXXI Classique
Programmation musicale
Jeudi 23 septembre 2021
3 min

Des rêves familiers : "Littoral" de Fabien Touchard

Littoral de Fabien Touchard est un concept-album entre théâtre, musique électroacoustique et improvisation pianistiques où l'on croit parfois entendre des airs étrangement familiers.

Des rêves familiers : "Littoral" de Fabien Touchard
Pochette du disque "Littoral" à paraître le 24 septembre chez Hortus. , © Hortus

Littoral, nom masculin : Zone sinueuse où s'établit le contact entre la mer ou un lac et la terre. Dans son sens symbolique, le littoral est donc cette frontière entre deux mondes, deux styles. C’est dans ce sens-là qu’il faut comprendre le nom du deuxième et dernier album du compositeur français Fabien Touchard. Un disque où les classifications commerciales de pop, musique contemporaine, musique électroacoustiques se mélangent pour ne former qu’une seule musique, un seul paysage insaisissable et indéfini. 

Pour afficher ce contenu Youtube, vous devez accepter les cookies Publicité.

Ces cookies permettent à nos partenaires de vous proposer des publicités et des contenus personnalisés en fonction de votre navigation, de votre profil et de vos centres d'intérêt.
Paramétrer les cookies

Littoral réunit quatre pièces de Fabien Touchard. Huit poèmes pour voix et bande électronique ainsi que trois pop songs où l’on peut entendre la voix non lyrique de la comédienne et chanteuse Sarah Jane-Sauvegrain. On y trouve également quatre préludes pour pianos multiples ou différents enregistrements de piano se superposent mais aussi des improvisations. Toutes ces pièces ont un point en commun. Elles nous font entendre des thèmes connus mais aussi des thèmes que l’on croirait connaître depuis toujours mais qui sortent en fait tout droit de l’imaginaire de Fabien Touchard. Il en est ainsi de son premier pop songs, une vraie fausse balade folklorique…

ⓘ Publicité
Radio France ne vous demandera jamais de communiquer vos coordonnées bancaires.

Littoral joue avec nos attentes et révèle également l’un des plus grands mystères de la création musicale. Celui des citations involontaires, inconsciente, le "ça" qui ressurgit sous la plume et les improvisations du compositeur. Dans son quatrième et dernier Prélude pour piano multiple, on croit entendre une citation du Concerto "l’Empereur" de Beethoven ou de l’Ouverture 1812 de Tchaikovsky et pourtant, le compositeur l’assure, il n’en n’est rien. C’est sorti comme ça, comme un air tellement entendu joué qu’il a été incorporé, qu’il est devenu sien. 

Pour afficher ce contenu Youtube, vous devez accepter les cookies Publicité.

Ces cookies permettent à nos partenaires de vous proposer des publicités et des contenus personnalisés en fonction de votre navigation, de votre profil et de vos centres d'intérêt.
Paramétrer les cookies

Parfois le compositeur nous met sur la piste. Dans ses improvisations Fabien Touchard poursuit la tradition de l’improvisation sur un thème donné et indique la provenance de ce thème dans son improvisation. Celle intitulé « For Keith » est un hommage aux concerts improvisés de Keith Jarret tandis que Scarlattiana est une révérence non dissimulée à un maître du clavier baroque, l’illustre Domenico Scarlatti. 

Pour afficher ce contenu Youtube, vous devez accepter les cookies Publicité.

Ces cookies permettent à nos partenaires de vous proposer des publicités et des contenus personnalisés en fonction de votre navigation, de votre profil et de vos centres d'intérêt.
Paramétrer les cookies

On reconnaît dans cette improvisation les marches harmoniques et mélancoliques de la sonate L.118 et pourtant ce n’est plus du Scarlatti, plutôt le souvenir que l’on garde d’un être cher. 

L'équipe de l'émission :