MAXXI Classique
Programmation musicale
Jeudi 22 avril 2021
3 min

La Marche des femmes d'Ethel Smyth : le vent se lève

Elle est née il y a 163 ans jour pour jour, le 22 avril 1858… la compositrice britannique Ethel Smyth a mis l’engagement et la lutte pour les droits des femmes au coeur de sa vie et de son oeuvre musicale. L'une de ses oeuvres les plus célèbres en témoigne : sa Marche des femmes.

La Marche des femmes d'Ethel Smyth : le vent se lève
Couverture d'une partition de la Marche des femmes d'Ethel Smyth, © Photo by Museum of London/Heritage Images/Getty Images

Rares sont les musiciens et les musiciennes à avoir marqué l’histoire musicale et politique de manière aussi remarquable qu’Ethel Smyth. Elle fut la première femme acceptée au conservatoire de Leipzig en 1877. La première femme à voir l’un de ses opéra monté par le Metropolitan Opera of New York en 1903. Elle fut aussi une figure incontournable des suffragettes, ces militantes qui luttaient pour obtenir le droit de vote au Royaume-Uni. Ethel Smyth était l’une d’entre-elles. C’est pour elles qu’elle compose son oeuvre la plus célèbre : La Marche des femmes (1910).

Pour afficher ce contenu Youtube, vous devez accepter les cookies Publicité.

Ces cookies permettent à nos partenaires de vous proposer des publicités et des contenus personnalisés en fonction de votre navigation, de votre profil et de vos centres d'intérêt.
Paramétrer les cookies

La Marche des Femmes a toutes les caractéristiques d’un chant de manifestation… Un rythme martial et une mélodie plutôt facile à chanter pouvant être entonnée à l’unisson par des personnes qui n’ont jamais fait de musique de leur vie. Ce chant composé en 1910 n’a pourtant pas seulement résonné dans les rues…

ⓘ Publicité
Radio France ne vous demandera jamais de communiquer vos coordonnées bancaires.
Portrait d'Ethel Smyth en 1902.
Portrait d'Ethel Smyth en 1902., © Universal History Archive/Getty Images

Cet hymne fut également joué plusieurs fois en concert et notamment le 23 mars 1911 sur la scène du Royal Albert Hall. Il résonna aussi dans la prison d’Holloway à Londres en 1912. Le chef d’orchestre Thomas Beecham avait été étonné d’entendre cette oeuvre entonnée par des suffragettes enfermées et de voir Ethel Smyth diriger cette oeuvre depuis sa cellule en marquant les temps forts avec une brosse à dent… 

Grâce aux concerts publics et aux nombreux arrangements d’Ethel Smyth, la marche des femmes permit aux suffragettes d’accroitre leur audience et de lever des fonds importants pour continuer leur combat. Ethel Smyth en réalisa de nombreux arrangements et cita même cette marche dans l’ouverture de son quatrième opéra The Boatswain's Mate composée en 1914.

Comme l’avait voulu Ethel Smyth, la marche des femmes a changé le regard des suffragettes sur la musique considérée alors par certaines militantes comme un art bourgeois et le symbole de l’assujettissement des femmes. Cette marche est aussi devenue universelle. Ainsi il a paru tout naturel à Alexandre Desplat de citer discrètement l’introduction de ce chant dans la bande originale écrite pour le film Les Suffragettes de Sarah Gavron sorti en 2015

L'équipe de l'émission :