MAXXI Classique
Programmation musicale
Mercredi 31 mars 2021
3 min

Bill Evans et les spectres du classique

Aujourd’hui Max Dozolme nous parle d’une improvisation enregistrée en 1958 par Bill Evans. Peace Piece, Pièce paisible où flottent autour du jeune pianiste américain les fantômes de Bernstein, Chopin, Scriabine et peut-être même d’Olivier Messiaen…

Bill Evans et les spectres du classique
Bill Evans à New-York le 17 mai 1968. , © (Photo by CBS via Getty Images)

Tout commence par un balancement de deux accords qui vont leur chemin sans nul souci des querelles du monde. De cette rêverie harmonique émerge un thème improvisé, qui prend son temps. Sa promenade mélodique est souvent accompagnée d’arrêts, de silences magnifiques… 

Par la concision de son langage et sa liberté mélodique, Peace Piece est peut-être l’oeuvre la plus étonnante du second album que Bill Evans enregistre pour le label Riverside : Everybody Digs Bill Evans.  Dans ce disque, en solo ou avec le contrebassiste Sam Jones et le batteur Philly Joe Jones, Bill Evans enregistre des compositions inédites mais aussi deux reprises de thèmes de Leonard Bernstein dont Some Other Time. Un arrangement qui est le point de départ de l'accompagnement de Piece Peace. 

Dans Peace Piece, Bill Evans reprend le même balancement que celui de Some Other Time. Un accompagnement que l'on retrouvé également dans Flamenco Sketches extrait de l’album Kind of Blue de Miles Davis paru la même année que Everybody Digs Bill Evans... 

Au panthéon des compositeurs qui inspirent Bill Evans, on trouve des musiciens de jazz mais aussi des musiciens classiques. Des génies du clavier forcément : Bach, Chopin, Debussy, Alexandre Scriabine pour ne citer qu'eux. Des partitions qu’il joue, qu’il arrange et qu’il a incorporé au sens propre du terme à tel point que l’on peut entendre des réminiscences de leur musique dans les compositions de Bill Evans. Dans ce cas la balancement de Piece Peace peut aussi s’entendre comme un souvenir de celui de la Berceuse op.57 (1844) de Frédéric Chopin.

Si l’on combine l’accompagnement à la main gauche mais aussi la mélodie improvisée à la main droite on peut également dire que Bill Evans joue comme un oiseau : Une alouette calandrelle revue par le compositeur français Olivier Messiaen pour être exact.  Ecoutez la transcription de ce chant d’oiseau tel qu’on le retrouve dans le Catalogue d’oiseaux achevé la même année que l’enregistrement de Piece Peace, en 1958. De là à dire que les oiseaux chantent la paix, il n’y a qu’un pas… 

L'équipe de l'émission :