VIDEO - Naïssam Jalal : « La flûte traversière ne se limite pas à un seul style »

La flûtiste et compositrice Naïssam Jalal nous fait découvrir son instrument en images et en musique. Elle détaille toutes les subtilités de la flûte traversière et explique comment son jeu navigue entre différents styles.

VIDEO - Naïssam Jalal : « La flûte traversière ne se limite pas à un seul style »
Naïssam Jalal, flûtiste et compositrice, © Radio France / Pôle vidéo, France Musique

Naïssam Jalal : « Je vais vous raconter une anecdotequi m'est arrivée ainsi qu'à d'autres copains flûtistes : parfois quand on finit un concert, les gens viennent nous dire : "Je n'aime pas du tout la flûte, mais quand vous jouez, c'est super !". A tel point qu'un de mes amis flûtistes, Michel Edelin, a pris l'habitude de dire au début de ses concerts : "Alors, ceux qui se sont trompés de soirée, si vous n'aimez pas la flûte, je vous laisse cinq minutes pour sortir !". »

France Musique : Pouvez-vous nous décrire le fonctionnement de la flûte traversière ?

Naïssam Jalal : « La flûte traversière se compose de trois parties. La première est la plus importante, car elle comporte l'embouchure où je souffle et il est possible de sortir des sons rien qu'avec celle-ci. Ensuite, sur la deuxième partie, on trouve des clés. En fonction des combinaisons de doigtés sur ces clés, on produit des notes. »

FM : La flûte produit-elle des sons... inattendus ?

Naïssam Jalal : « Il existe une multitude de techniques pour produire d'autre sons, notamment le fait de chanter ou de parler dans la flûte. Ce sont des techniques utilisées par les bergers d'Afrique de l'ouest qui chantaient dans leur flûte. »

FM : Avec quels instruments la flûte est-elle souvent associée ?

Naïssam Jalal : « Avec toutes sortes d'instruments ! J'ai fait des albums avec des oudistes, des batteries, des contrebasses, des guitares, des violoncelles, des saxophones... Il n'y a pas de barrières ! »

FM : Quelle est votre œuvre préférée ?

Naïssam Jalal : « Une des plus belles pièces pour flûte que j'ai pu jouer, c'est "Syrinx" deClaude Debussy. »

FM : Est-il facile de jouer de la flûte traversière ?

Naïssam Jalal : « A priori, la flûte traversière est un instrument qui n'est pas trop difficile à commencer, contrairement au violon ou au violoncelle qui demandent quelques années de pratique avant de pouvoir jouer correctement. Mais pour avoir un bon niveau à la flûte, c'est comme avec n'importe quel instrument, il faut s'entraîner ! »

FM : Quels styles musicaux peut-on jouer à la flûte ?

Naïssam Jalal : « La flûte traversière ne se limite pas à un seul style. Elle est souvent cataloguée en musique classique occidentale alors qu'on peut jouer tout et n'importe quoi avec : dans mes improvisations, j'utilise un vocabulaire de musique classique arabe, ainsi qu'un vocabulaire de musique mandingue. Le jazz comprend aussi énormément de flûte traversière, contrairement à ce que certains puristes affirment. »

FM : Un cliché sur la flûte traversière ?

Naïssam Jalal : « "C'est un instrument de fille, qui ne fait pas beaucoup de bruit, c'est un instrument doux..." alors qu'il n'en n'est rien, on peut en jouer comme on veut ! »

FM : Imagineriez-vous la vie sans flûte ?

Naïssam Jalal : « Étant donné que j'en joue depuis toute petite, pour moi la flûte est comme un membre de mon corps, je ne pourrais pas vivre sans. »