Playlist | Alexandre Desplat en 10 musiques de films

De La Jeune Fille à la Perle au Grand Budapest Hotel, Alexandre Desplat s’est imposé parmi les plus importants compositeurs de musiques de film du XXIe siècle.

Playlist | Alexandre Desplat en 10 musiques de films
Alexandre Desplat pose avec son Oscar reçu en 2015 pour la musique du film"The Grand Budapest Hotel" à Hollywood (Californie). , © AFP / FREDERIC J. BROWN

Il est né à Paris, en 1961, et a étudié au conservatoire puis à Berkeley, en Californie : Alexandre Desplat est aujourd’hui l’un des musiciens les plus sollicités à travers le monde, et ce, d’abord et avant tout en sa qualité de compositeur de musiques de films. 

En signant la bande originale des films de Jacques Audiard, Wes Anderson ou, plus récemment, Guillermo del Toro, le compositeur français a acquis une notoriété internationale, tout en s’adonnant en parallèle des projets plus personnels et déconnectés du grand écran tels qu’une Symphonie concertante achevée en 2013.  

Retour sur l’aventure cinématographique d’Alexandre Desplat, de ses premières compositions pour le cinéma français à sa consécration aux Oscars. 

Regarde les hommes tomber 

« Regarde les hommes tomber » est le premier long-métrage de Jacques Audiard, sorti en 1994, et pour lequel le réalisateur reçoit un César de la meilleure première oeuvre. S’il ne s’agit pas d’une première musique de film pour Alexandre Desplat, celui-ci marque en revanche le début de sa longue et prolifique collaboration avec Audiard, une collaboration qui lui vaudra par la suite maintes distinctions. 

Sur mes lèvres

Nous sommes au début des années 2000. Alexandre Desplat a déjà composé une vingtaines de bande originales, ainsi que des musiques pour la télévision ou le théâtre. Avec Sur mes lèvres, réalisé de nouveau par Jacques Audiard, le voilà sélectionné pour les Césars (après une première nomination en 1996 avec un Un héros très discret, du même réalisateur). 

La jeune fille à la perle

Dans ce film réalisé par Peter Webber d’après le roman et le tableau du même nom, Scarlett Johansson incarne Griet, une jeune servante tombée amoureuse du peintre Vermeer, incarné lui par Colin Firth. Deux acteurs de renommée internationale, un film salué par la critique et les spectateurs : avec La jeune fille à la perle, Alexandre Desplat se trouve propulsé sur la scène internationale. Sa capacité à amplifier une atmosphère, à illustrer une tension, est désormais unanimement saluée.  

De battre mon cœur s’est arrêté 

2005. Quatrième collaboration avec Jacques Audiard et première consécration pour Alexandre Desplat : De Battre Mon Coeur s’est arrêté offre au compositeur son tout premier César de la meilleure musique de film. Il s'approprie ici une forme classique, reflet de sa culture musicale, et compose une Suite de 23 minutes (pour cordes, piano et percussions).

Fantastic Mr Fox 

Nouvelle démonstration de force pour le compositeur : avec Fantastic Mr Fox (2009), il s’illustre dans un tout autre univers, celui du film d’animation d’une part, mais aussi celui vintage et pantomime de Wes Anderson. Un univers dans lequel les personnages restent parfois longtemps silencieux, immobiles, et où la musique a donc toute son importance. Desplat s’amuse, use aussi bien de son bagage classique que de son éclectisme musicale : on entend parfois un chœur, d’autres fois un célesta ou un tambour, le tout ponctué de quelques chansons des Beach Boys ou des Rolling Stones. 

Harry Potter et Les Reliques de la Mort 

Quoi de plus populaire et attendu - en cette année 2010 - que les deux derniers épisodes de la saga Harry Potter ? En signant la musique de ce grand final, Alexandre Desplat se fait définitivement un nom parmi les grands, du fait même de l’immense audience touchée par ces films. Il succède notamment au fameux John Williams (fidèle associé de Steven Spielberg et célèbre compositeur de la saga Star Wars). En 2011, Harry Potter et Les Reliques de la Mort - Partie 2 se hisse en toute première place du Box Office international. 

De rouille et d’os

Succès commerciaux, reconnaissance internationale : Alexandre Desplat ne met pas pour autant de côté ses activités francophones, et notamment ses collaborations de la première heure. Pour Jacques Audiard, il compose par exemple la musique du film De rouille et d’os (2012) : grave, mélancolique, et qui repose presque entièrement sur l’expressivité des instruments à cordes. Ces compositions originales valent à Desplat un nouveau César.  

The Tree of Life

Palme d’or du Festival de Cannes 2011, The Tree of Life de Terrence Malick divise la critique et l’opinion. Contemplatif, cosmique, ce film est conçu par son réalisateur comme « un hymne à la vie », et c’est à cette fin que Malick choisit quelques grandes œuvres du répertoire : La Moldau de Smetana, la Toccata et fugue en ré mineur de Bach, la Symphonie n°1 de Mahler… Face à ces illustres noms, il ne restait plus qu’à trouver un compositeur prêt à prendre le risque de compléter cette ambitieuse bande originale.  

The Grand Budapest Hotel

Avec Fantastic Mr. Fox en 2009, Wes Anderson a trouvé en Alexandre Desplat un nouvel associé. Depuis, les deux se sont retrouvés pour le film Moonrise Kingdom (2012), et deux ans plus tard, c’est le succès de The Grand Budapest Hotel qui consacre définitivement leur collaboration. Succès commercial aussi bien que critique, le film se classe parmi les meilleures entrées du box office. Quant aux compositions originales d’Alexandre Desplat, elles lui permettent de remporter ni plus ni moins qu’un Oscar de la meilleure musique de film. 

La Forme de l’Eau

Jusqu’à Alexandre Desplat et The Grand Budapest Hotel, ils n’étaient que six compositeurs français à avoir remporté le prestigieux sésame de l’Académie des Oscars. En 2018, notre compositeur réitère son exploit et se voit cette fois-ci récompensé pour La Forme de l’eau, réalisé par Guillermo del Toro. Avec cette symphonie aux couleurs aquatiques, Desplat démontre une nouvelle fois sa capacité à raconter une histoire, à s’adapter aux images ainsi qu’à l’univers d’un réalisateur.