Palmes d’Or du Festival de Cannes : les meilleures musiques de films

Chopin, Wagner, mais aussi Alexandre Desplat et Nino Rota : redécouvrez les musiques les plus marquantes du Festival de Cannes.

Palmes d’Or du Festival de Cannes : les meilleures musiques de films
Uma Thurman dans "Pulp Fiction" de Quentin Tarantino (1994)., © AFP / MIRAMAX / COLLECTION CHRISTOPHEL

Cannes : ses acteurs, ses réalisateurs, sa célèbre Croisette et son tapis rouge… Chaque deuxième semaine de mai depuis 1946, le festival cannois célèbre le septième art et récompense une petite poignée de films sélectionnés à l'échelle internationale. 

Parmi tous les prix décernés, la Palme d’Or représente l’ultime consécration, la reconnaissance d’un propos, d’une histoire, d’un sens de l’image et d’une certaine utilisation de la musique. 

Voici 10 des plus belles musiques de films ayant reçu la Palme d’Or. 

Pulp Fiction 

Culte. En 1994, le réalisateur américain Quentin Tarantino reçoit la Palme d’Or pour son film Pulp Fiction. Une histoire de gangsters, de braquages, d’assassinats et de trafics, avec pour fond sonore quelques tubes du rock, de la pop et de la soul. 

Parmi les musiques devenues indissociables du film : Misirlou, évidemment. Cette mélodie aux accents orientaux grattée à vitesse grand V sur une seule et unique corde de guitare est une version rock’n roll d’une chanson qui appartient, à l’origine, au répertoire traditionnel grec. 

Taxi Driver 

L’une des plus grandes oeuvres de l’histoire du cinéma ? En 1976, Taxi Driver de Martin Scorsese fait date sur la Croisette. Un film violent, sanglant, qui met en scène les errances nocturnes à New York d’un chauffeur de taxi insomniaque. 

Côté musique, la bande originale est signée Bernard Herrmann, le compositeur attitré d’Alfred Hitchcock à qui l’on doit notamment les musiques de Sueurs froides, La Mort aux trousses et Psychose. Herrmann meurt le 24 décembre 1975, quelques mois avant la sortie de Taxi Driver, et c’est pourquoi Martin Scorsese lui a dédié son film. 

Le Guépard 

Retour dans les années 1960 avec l’une des premières Palmes d’Or cannoises : Le Guépard de Luchino Visconti. Cette épopée cinématographique nous raconte le déclin de la grande aristocratie italienne à travers l’histoire d’un prince sicilien, Fabrizio Corbera de Salina. 

Pour accompagner ces 153 minutes d’images, Visconti s’est associé à Nino Rota, le compositeur et chef d’orchestre italien bien connu pour sa collaboration avec un autre réalisateur, Federico Fellini

La Leçon de Piano 

C’est l’histoire d’une femme pour qui le piano est devenu le seul moyen de communication, car elle ne s’exprime plus qu’à travers gestes et musique. La Leçon de Piano est sorti en 1993, réalisé par Jane Campion, l'unique femme réalisatrice à avoir reçu une Palme d’Or à ce jour. 

La musique du film est composée par Michael Nyman, un pianiste et musicologue britannique qui s’est ici inspiré du répertoire traditionnel écossais. 

Apocalypse Now 

L’action se déroule pendant la guerre du Viêt Nam, parmi les services secrets de l’armée américaine. Apocalypse Now de Francis Ford Coppola est un monument du cinéma, une référence consacrée, entre autres, par la Palme d’Or du Festival de Cannes 1979. 

Avec Apocalypse Now, Coppola associe définitivement le thème de la Chevauchée des Walkyries à la folie meurtrière, utilisant cet extrait de l’opéra de Wagner pendant une scène de bombardements. 

La Stanza del Figlio 

La Stanza del Filgio (La Chambre du fils, en français) est un film italien réalisé par Nanni Moretti et qui a remporté la Palme d’Or cannoise en mai 2001. Moretti nous raconte la triste histoire d’un quotidien qui bascule, d’une famille brisée par la perte d’un fils. 

La bande originale de ce drame familial, douce mais terriblement nostalgique, est composée par le pianiste et chef d’orchestre italien Nicola Piovani

Orfeu Negro 

C’est l’une des premières Palmes d’Or de l’histoire de Cannes, la deuxième décernée à l’unanimité par le jury du Festival : Orfeu Negro, un film franco-italo-brésilien réalisé par Marcel Camus et sorti en 1959. 

Orfeu Negro est la transposition du mythe grec d’Orphée et Eurydice au XXe siècle, pendant le carnaval de Rio. Ses chansons ont rejoint le répertoire populaire brésilien et font aujourd’hui partie des standards de la bossa nova. 

The Tree of Life 

Une Palme d’Or plutôt controversée : The Tree of Life de Terrence Malick, sorti et récompensé en 2011, a profondément divisé la critique. Certains y ont vu une oeuvre emplie de philosophie et de poésie, quand d’autres ont reproché à Malick un trop de mysticisme. 

La bande originale du film composée par Alexandre Desplat, elle, fait davantage l’unanimité. Elle nous emporte dans un monde de douceur, de rêve et de poésie, nous transmet l’image paisible d’une rivière, la nostalgie d’un souvenir d’enfance ou la quiétude d’un ciel bleu. 

On peut également entendre dans le film de Terrence Malick plusieurs oeuvres classiques : la Moldau de Smetana, la Fugue en ré dièse mineur de Bach, la Symphonie N°4 de Brahms...

Le Pianiste 

La musique est l’un des thèmes principaux du Pianiste, réalisé par Roman Polanski et primé à Cannes en 2002. Elle est le remède, la bouée de secours du pianiste juif Wladek qui, pendant la Seconde guerre mondiale à Varsovie, tente de survivre à la persécution nazie. 

La bande originale du Pianiste reprend quelques-uns des chefs d’oeuvre pianistiques du compositeur franco-polonais Frédéric Chopin : la Mazurka en la mineur, le Concerto pour piano N°1, et le Nocturne N°20 (qui a connu grâce au film un immense regain de popularité). 

La Dolce Vita 

1960. La Dolce Vita fait scandale sur la Croisette. La presse et le monde du cinéma s’insurgent devant tant de débauche, de luxe et de mondanités. Pourtant le film de Federico Fellini est aujourd’hui devenu un classique, un chef d’oeuvre du cinéma italien. 

Sur un fond de musique jazzy composé par son éternel acolyte Nino Rota, Federico Fellini met en scène les aventure d’un journaliste people : ses soirées romaines et sa quête (inaboutie) du grand amour.