VIDEO - La cabine de portraits sonores, c'est quoi ?

On a fait tester le "photomaton sonore" à Saskia de Ville, la voix de la matinale sur France Musique. Cris, chants, anecdotes... elle a tout expérimenté pour nous faire découvrir de l'intérieur la cabine de portraits sonores. Son créateur, Antoine Berland, nous explique son fonctionnement.

VIDEO - La cabine de portraits sonores, c'est quoi ?
La cabine à portraits sonores instantanés et automatiques , © Radio France / Lucie Bombled

La cabine à portraits sonores, testée par Saskia de Ville

Si vous entendez un hurlement s'échapper de cette boite bleue ressemblant étrangement à un photomaton, ne vous inquiétez pas : quelqu'un est en train de se faire tirer un portrait sonore !

Le principe est simple, nous explique Antoine Berland, créateur de la cabine de portraits sonores mais aussi pianiste et compositeur, il suffit de rentrer dans la cabine, de répondre à un premier questionnaire via un écran tactile puis dans un deuxième temps, de donner de la voix pour répondre aux questions ou injonctions de la machine : "Poussez un cri aigu", "Quel musique vous dérange le plus ? Répondez en chuchotant"...

Pour Antoine Berland, l'objectif était d'inciter à chanter et à faire toutes sortes de sons : 

En tant que compositeur, je ne fais pas de hiérarchie entre les sons, les bruits, les vocalises, les sons de gorge ou une mélodie, une note... Et je vais travailler toute cette texture comme une seule et même matière musicale

Les portraits sont ensuite générés par un algorithme, de manière aléatoire. Ainsi, chaque portrait sonore est différent.  

Antoine Berland et l'équipe d'ingénieurs qui ont co-créé la cabine (Rodolphe Bourotte, Marc Hamandjian et Gilles Dequidt) sont toujours agréablement surpris quand ils reçoivent et réécoutent les portraits sonores :

Même si je n'ai pas rencontré la personne qui est dans la cabine, j'ai l'impression grâce au son de l'avoir rencontrée. 

Pour Saskia de Ville, le portrait sonore était une véritable aventure : 

On ne sait pas trop où ça va, les questions s'enchaînent, sans trop de sens ; on nous demande de pousser des cris, de répondre à des questions qui vont dans tous les sens... Et le résultat est d'autant plus surprenant !

Antoine Berland conçoit chaque semaine des portraits sonores (soit seul, soit à l'aide de la cabine) qui sont diffusés à 23h57 dans le Cri du Patchwork de Clément Lebrun.