VIDEO - Jean-Jacques Perrey, l'homme-orchestre de la musique électronique

Compositeur ovni armé d'une ondioline et d'un synthétiseur moog, Jean-Jacques Perrey est un véritable précurseur du genre électronique. Ré-inventant la musique au fil de ses expérimentations, son influence reste perceptible chez de nombreux artistes contemporains, de Mr. Oizo à Fatboy Slim.

VIDEO - Jean-Jacques Perrey, l'homme-orchestre de la musique électronique
© Randy Yau / Flickr

L'ondioline, porte d'entrée vers la musique électronique

Il représente tous les musiciens à lui tout seul !  - Jean Nohain

Lorsque Jean-Jacques Perrey présente l'ondioline à Jean Nohain en 1961, l'animateur est stupéfait. Le clavier de seulement vingt-deux touches est capable d'imiter 397 sonorités et instruments différents.

L'ondioline avait été inventée vingt ans auparavant, en 1941 par le français George Jenny.
Séduit par les multiples possibilités qu'il offre, Jean-Jacques Perrey quitte ses études de médecine pour apprendre à manier l'instrument. Il en sera le principal ambassadeur en Europe. 

L'instrument satisfait son imagination débordante, il créé en explorant un spectre large : de la musique thérapeutique à la musique ludique.
Sur les conseils de Charles Trenet, il se sert de l'ondioline pour "relaxer les gens". Son premier disque, Prélude au sommeil (1958) a pour objectif de lutter contre l'insomnie. Il est dédié aux patients présentant des troubles du sommeil. 

L'ondioline permet à Jean-Jacques Perrey de rencontrer Jean Cocteau. Séduit par son univers onirique, il le pousse à s’envoler pour les États-Unis.

Synthétiseur Moog et culture pop

En mars 1960, il arrive à New York, où son personnage atypique séduit Caroll Bratman qui lui lui confie un studio.
Sur sa route, il rencontre Gershon Kingsley, le compositeur du premier tube de musique électronique, Popcorn. Ils enregistrent ensemble deux albums et une quantité considérable de musiques pour la publicité, la radio et la télévision. Leurs musiques ludiques  attirent notamment l'attention de Disney. La compagnie reprend leur titre Baroque Hoedown pour sa Main Street Electrical Parade.

En 1966 Robert Moog lui installe un synthétiseur Moog. Un instrument qui lui permettra de sortir Moog Indigo (1970), album dans lequel figure E.V.A., un titre qui sera énormément samplé,   encore aujourd'hui.

Véritable pionnier, ses morceaux ont largement participé à sortir la musique électronique de son statut expérimental. Il est d'ailleurs redécouvert avec l'émergence de la French touch dans les années 1990.

En savoir plus

"Prélude au sommeil, Jean-Jacques Perrey"
Réalisé par Gilles Weinzaepflen
Une production Les Films d’un Jour, 2008
Un documentaire disponible en DVD et VOD aux éditions l’Harmattan et en SVOD sur la plateforme DOCS TV (www.docstv.fr)

Jean-Jacques Perrey (1929-2016),La note d'humour de la french touchUne vie, une oeuvre par Antoine Couderc sur France Culture