Un opéra inspiré du navire Aquarius

Deux artistes composent une œuvre à partir d'extraits du journal suisse Le Courrier. Le fil rouge de cet opéra participatif est le bateau Aquarius, qui s'est donné pour mission de sauver les migrants en Méditerranée.

Un opéra inspiré du navire Aquarius
L'Aquarius dans le port de Marseille le 1er août 2018, © AFP / BORIS HORVAT / AFP

C'est un opéra expérimental, sans orchestre symphonique, sans chef, mais avec deux compositrices suisses, Heike Fiedler et Marie Schwab. La technique de composition est originale : elles utilisent d'extraits du journal suisse Le Courrier, positionné à gauche, qu'elles adaptent pour leur donner un aspect poétique. Elles y ajoutent des sons et des images créés sur place dans l'Usine Kugler, une résidence d'artistes de Genève. Tout cela pendant cinq jours, du 13 au 17 août. L'œuvre finale prendra la forme d'un court opéra de 45 minutes. La représentation aura lieu samedi 18 août, le montant de l'entrée est libre et les bénéfices iront à l'association SOS Méditerranée, qui affrète le navire Aquarius.

L'aventure de l'Aquarius est justement au centre de cet opéra. Le bateau s'est donné pour mission de secourir les migrants en Méditerranée. En juin, il avait erré pendant des jours avec 630 migrants à son bord avant d'être accueilli à Valence. Mercredi 15 août, Malte a accepté de l'autoriser à amarrer après un nouveau sauvetage de 141 personnes. Heike Fiedler et Marie Schwab se servent de bidons coupés en deux et de bassines, en guise d'instruments pour rappeler l'élément aquatique et le « parcours de l'Aquarius sur les vagues ». La première se décrit comme écrivaine, poète performeuse, selon son site internet. La deuxième, comme musicienne, compositrice et pédagogue. 

Les deux artistes n'ont pas voulu tomber dans le mauvais côté de l'émotion qu'elles qualifient de « populiste », pour rester « sobrement dans le symbolique ». Tous les soirs à Genève, elles ouvrent leur atelier aux visiteurs. Ceux qui le veulent peuvent participer à la création en enregistrant des textes issus du journal, ils seront ensuite intégrés à l'œuvre.