Richard Reed Parry d'Arcade Fire sort son premier disque de musique contemporaine

Le canadien Richard Reed Parry vient de sortir "Music for Heart and Breath", son premier album de musique contemporaine chez le mythique label Deutsche Grammophon. Un album fascinant et innovant, symbole d'une nouvelle génération de compositeurs à l'aise dans plusieurs mondes musicaux.

Richard Reed Parry d'Arcade Fire sort son premier disque de musique contemporaine
Le compositeur et multi-instrumentiste Richard Reed Parry vient de sortir son premier album "Music for heart and breath". (© Guillaume Simoneau - Deutsche Grammophon)

Voici une nouveauté à ne rater sous aucun prétexte. Le canadien Richard Reed Parry sort son premier album de musique contemporaine chez Deutsche Grammophon. Si son nom ne vous dit pas grand chose, sachez qu'il est surtout connu pour être un membre du groupe de rock Arcade Fire.

Multi-instrumentiste, compositeur et touche-à-tout, Richard Reed Parry innove dans la musique expérimentale avec Music for Heart and Breath. Le titre de l'album a le mérite d'être explicite puisque ce sont les battements du coeur et la respiration des musiciens qui guident la musique.

Pour l'occasion, Parry a travaillé avec le Kronos Quartet, le Ymusic Ensemble, les frères Bryce et Aaron Dessner (The National) ou encore Nico Muhly.

(© Guillaume Simoneau - Deutsche Grammophon)
(© Guillaume Simoneau - Deutsche Grammophon)

France Musique : Pouvez-vous nous expliquer le concept de votre disque Music for heart and breath ?

Richard Reed Parry: J'ai voulu faire de la musique de chambre en utilisant les fonctions involontaires du corps humain, de se servir de ce qui est organique et naturel à l'intérieur de notre corps pour que cela influence et guide la musique. Concrètement, cela veut dire que je me sers de stéthoscopes pour que chaque musicien puisse écouter ses propres battements du coeur ou ceux des autres. Idem pour suivre les inspirations ou les expirations. Et très souvent ce sont les deux en même temps. Cela dépend des morceaux, mais parfois il peut y avoir comme un chef d'orchestre qui dirige les musiciens en suivant son propre rythme cardiaque ou ses respirations mais le plus souvent, chaque musicien suit ses propres battements.

C'est une idée qui paraît tellement simple qu'il est difficile de croire que personne n'y ait pensé avant vous. Comment vous est-elle venue?

Cela fait 10 ans que j'ai commencé à y penser. J'étais étudiant en musique électro-acoustique et je trouvais qu'il manquait une dimension viscérale à ce que j'écoutais. C'était trop désincarné, trop cérébral pour moi. Je me suis donc mis à réfléchir à une musique qui pourrait être plus organique et plus connectée au corps. Et heureusement à cette époque, j'avais beaucoup de temps pour y penser et travailler. J'ai donc littéralement appliqué ce qui m'intéressait en me basant sur le rythme cardiaque et la respiration, comme guide et fondation de ma musique. Cela m'est tout de suite apparu comme quelque chose de fluctuant, de fragile et d'aléatoire, exactement ce que je cherchais à créer.

Vous dites avoir étudié la musique électro-acoustique, qui sont les compositeurs qui vous ont nourri ?

Je suis tout d'abord un grand fan de John Cage, Steve Reich mais aussi de Debussy, Bach, etc. J'apprécie également beaucoup Hildegard Westerkamp, Stockhausen, Pierre Henry, Pierre Schaeffer, le montréalais Tim Hecker qui se situe entre la musique tonale et celle du bruit, je viens tout juste de découvrir la musique d'un compositeur italien Bruno Spoerri qui a beaucoup travaillé pour le cinéma et l'audiovisuel. Je suis également en admiration devant Arvo Pärt, il est magnifique, c'est l'un des géants de notre époque.

Actuellement, vous êtes surtout connu et reconnu pour être un membre du groupe rock Arcade Fire, comment faites-vous pour naviguer entre ces deux mondes?

Pour moi ça a toujours été important d'avoir un équilibre dans ma vie musicale. Durant toutes les tournées d'Arcade Fire, j'ai continué à travailler sur ma musique, j'ai besoin d'avoir plein de projets en cours, c'est comme ça que j'aime travailler. J'adore ce que je fais avec Arcade Fire, nous touchons beaucoup de monde, nous avons un emploi du temps de dingue avec des tournées interminables, ça a donc été un vrai challenge pour moi de trouver le temps de sortir enfin mon propre disque. Après 5 ans de travail et d'enregistrement c'est chose faite.

Ce sera toujours important pour moi de maintenir cet équilibre entre ces mondes musicaux, d'un côté le gros spectacle avec Arcade Fire, des salles pleines, un volume sonore très puissant, de l'autre, de la musique intime, fragile, calme, une expérience plus délicate. Ce sont ces deux facettes qui me définissent en tant que musicien.

player.qobuz.comAu même titre que des musiciens comme Max Richter, Francesco Tristano, Nico Muhly, vous êtes à l'aise dans de nombreux mondes musicaux. Pensez-vous qu'une nouvelle génération de compositeurs est en train de voir le jour ?

Je pense que oui. Nous sommes une génération qui a grandi avec un accès à toutes les musiques possibles. Nous avons également pu assister à toutes sortes de collaborations et de décloisonnement des styles musicaux. Le mélange des groupes de rock avec les orchestres symphoniques, par exemple. Et cela nous paraît de plus en plus normal et nous nous posons moins de questions sur ce qu'il est possible de faire puisque tout est possible.

Quels sont vos projets à venir? Vous allez poursuivre votre expérience de musique pour coeur et respiration ?

Je viens de terminer une pièce pour choeur qui sera jouée par le Brooklyn Youth Chorus, je m'apprête également à terminer une pièce symphonique en collaboration avec Bryce Dessner. Je me suis lancé dans la conception d'un album qui sera la suite de Music for heart and breath, mais cette fois ce sera une seule grande pièce de musique, dans le style de Music for 18 musicians de Steve Reich. J'espère l'avoir terminée d'ici deux ans.

Sur le même thème